Violence contre les personnes interpellées : Seydi Gassama prône l’ouverture d’une enquête

Le directeur exécutif d’Amnesty Sénégal s’est fendu d’un tweet pour dénoncer les violences souvent constatées lors des manifestations. Selon Seydi Gassama, celle exercées par les forces de sécurité sur des personnes interpellées doivent faire l’objet d’une enquête en ce sens qu’il s’agit d’actes contraires aux normes de maintien de l’ordre.

La violence est inacceptable d’où qu’elle vienne. Elle est encore plus inacceptable lorsqu’elle est exercée par les forces de sécurité contre des personnes interpellées. Une enquête doit être ouverte sur ces actes contraires aux normes de maintien de l’ordre.” a-t-il tweeté.

La violence est inacceptable quel que soit le bord d’où elle vient. Elle est encore plus inacceptable lorsqu’elle est exercée par les forces de sécurité contre des personnes interpellées. Une enquête doit être ouverte sur ces actes contraires aux normes de maintien de l’ordre. pic.twitter.com/FfGdBjHzRf

— Seydi Gassama (@SeydiGassama) March 4, 2021

Violence

Des images de l’interpellation du député Ousmane Sonko ont montré, mercredi, un élément des forces de l’ordre introduire une grenade lacrymogène dans le capuchon d’un des gardes de l’opposant. Une scène d’une rare violence qui a suscité l’émoi.

V**l présumé

Ousmane Sonko était attendu au palais de justice de Dakar mercredi matin, où il était convoqué par le juge d’instruction dans l’affaire de viols répétés avec menaces de mort sur une employée d’un salon de beauté de Dakar. L’opposant avait d’abord affirmé qu’il ne se rendra pas à la convocation, avant de changer d’avis, sur les conseils de ses avocats, de son guide religieux et de responsables de la société civile. Mais accepter cette convocation “n’est pas une abdication“, avait-il ajouté mardi, en appelant ses partisans à rester mobilisés.