Vers un vaccin conçu par une intelligence artificielle ?

C’est le premier médicament humain à avoir été entièrement conçu par une intelligence artificielle. Un vaccin a été développé par un programme, lui-même créé par des chercheurs australiens.

Connaissez-vous SAM ? SAM n’est pas une personne, mais une intelligence artificielle (IA). Aussi appelée « Search Algorithm for Ligands » – ou algorithme de recherche pour des médicaments, en français – elle constitue le premier programme au monde à avoir entièrement conçu un traitement destiné aux humains : un vaccin contre la grippe saisonnière. Pour cela, elle n’y est pas arrivée seule, puisqu’elle a été programmée par les chercheurs de l’Université Flinders (Australie).
Qu’est-ce qui fonctionne ? Qu’est-ce qui ne fonctionne pas ?

« Nous avons dû enseigner au programme d’IA un ensemble de composés connus pour activer le système immunitaire humain ainsi qu’un ensemble de composés inefficaces, explique à Business Insider Australia le professeur Nikolai Petrovsky, directeur en charges des recherches. Le travail de l’intelligence artificielle consistait alors à déterminer par elle-même ce qui distingue un médicament qui fonctionne d’un médicament qui ne fonctionne pas. »

Un autre programme, celui-ci appelé « chimiste de synthèse », a eu pour fonction de générer des milliards de composés à fournir à SAM. Celle-ci s’est ensuite chargée d’examiner les informations relatives à toutes ces molécules, afin d’identifier les meilleures candidates pour renforcer l’action du vaccin. Ces choix ont ensuite été synthétisés par un laboratoire, et testés sur des cellules sanguines humaines.
Une technologie prometteuse

L’un des traitements créé par l’IA a finalement été retenu, et s’est montré efficace sur des animaux « D’après les tests sur les animaux, nous savons déjà que le vaccin est extrêmement protecteur contre la grippe, surpassant les vaccins existants. Il ne nous reste plus qu’à confirmer cela chez l’homme », déclare Nikolai Petrovsky. Des essais cliniques humains viennent ainsi d’être lancés pour un an aux États-Unis.

Les chercheurs espèrent désormais que le vaccin de SAM se montrera plus efficace sur l’homme que ceux déjà existants, et qu’il permettra de les compléter – ou de les remplacer. Si les recherches s’avèrent concluantes, le médicament pourrait être commercialisé d’ici trois ans, et « la même technologie que nous utilisons pour les vaccins antigrippaux pourra être utilisée pour améliorer ou développer de nombreux autres vaccins », s’enthousiasme le scientifique.

À lire aussi :

Le vaccin universel contre la grippe avance à grands pas
En santé, les Français ne font pas confiance à l'intelligence artificielle

Ne ratez aucun article de Topsante.com en recevant directement une alerte via Messenger