Vaïmalama Chaves, Miss France 2019 : « Il n’y aura pas forcément de fin à mon célibat »

Entre la chanson, la reprise de ses études et sa volonté de participer à un concours de beauté international, la Miss France 2019 Vaimalama Chaves fait feu de tous bois. Comme à son habitude, elle se confie avec franchise et naturel à Gala depuis Tahiti, où sont réunies 30 prétendantes à sa succession.

La Tahitienne Vaimalama Chaves vit ses dernières semaines de Miss France. Elle prépare la suite, se détache sensiblement de son rôle. Sur le bateau qui l’emmène avec les 30 prétendantes au titre Miss France 2020 de l’île de Tahiti à celle de Moorea, elle explique : « Il faut que je me dépêche ! Les inscriptions pour l’IEP de Paris se termine le 23 novembre… Je sais pourtant que le proscratination, ce n’est pas bien. » Sans oublier son charmant album intitulé Good Vaïbes et dont la sortie est repoussée au 7 décembre, et d’autres projets.

Gala : Vous allez vraiment vous présenter à un concours international tel que Miss Monde ou Miss Univers l’année prochaine ?
Vaimalama Chaves : Ça ne va dépendre pas seulement de moi. Peut-être que Miss France Organisation a d’autres personnes à présenter. Je vais soumettre ma candidature, et on verra ce qu’il va se passer.

Gala : En attendant, vous allez vous installer à Paris ?
Vaimalama Chaves : Oui, je cherche un appartement à louer si possible spacieux, dans le 17ème arrondissement. Si quelqu’un peut m’aider… Je m’installerai à Tahiti plus tard. Ici, on part de chez ses parents quant on a construit sa maison, on ne loue pas. C’est d’ailleurs la première fois que je vis loin de ma famille, et je finis par me méfier de tout le monde. C’est très dur.

Gala : C’est à dire ?
Vaimalama Chaves : Je suis entourée de gens qui ne me connaissent pas, et je me demande si elles s’intéressent à moi parce que je suis moi, ou parce je suis la Miss Vaimalama. En fait, il y a trois types de gens : ceux qui me connaissent, et qui savent que je n’ai pas changé. Ceux que je ne connaissais qu’un tout petit peu, et qui s’enorgueillissent de me connaitre, parce que je suis connue. Puis, il y a ceux je ne connais pas, et qui viennent me voir comme si on se connaissait. Je ne suis pas un objet, et j’ai l’impression que l’écharpe de Miss France m’a dématérialisée.

G. : Une Miss France se doit d’être célibataire…
Vaimalama Chaves :Non mariée, non pacsée, sans enfants, sans avoir tourné dans des films à caractère érotiques ou pornographiques… Je sais. Il n’y aura d’ailleurs pas forcément de fin à ce célibat. Pour l’instant, je suis amoureuse de moi-même, et c’est très bien.