Vaccin covid et femmes enceintes : pourquoi ne sont-elles pas prioritaire ?

En l’absence de données solides et rassurantes, les femmes enceintes n’étaient jusqu’ici pas considérées comme prioritaires pour la vaccination contre le Covid-19. Mais les dernières recommandations de la HAS et de l’Académie de médecine pourraient bien changer la donne dans les prochaines semaines.

En France depuis fin décembre 2020, plus de 3 millions de personnes ont déjà été vaccinées contre le Covid-19. Mais la vaccination est pour l’instant ouverte uniquement à certains publics prioritaires (résidents d’Ehpad, personnels soignants, personnes âgées de plus de 75 ans, personnes vulnérables à très haut risque de formes graves, plus de 65 ans avec comorbidités, etc.) Les femmes enceintes ne sont quant à elles pas considérées comme prioritaires et ne sont donc pas éligibles à la vaccination, du moins pas pour l’instant. Une mise à l’écart qui pose évidemment question alors que la Belgique vient justement de revoir sa stratégie vaccinale en recommandant la vaccination des femmes enceintes.
Sur le même sujet
Covid-19 et grossesse : les réponses à vos questions
Covid-19 et grossesse : masque pendant l’accouchement, tests… Toute les réponses à vos questions
De nouvelles recommandations de la Haute Autorité de Santé et de l’Académie de médecine

Le président de la République Emmanuel Macron s’est engagé début février à ce que tous les français qui le souhaitent puissent se faire vacciner d’ici l’été. Les femmes enceintes pourront donc logiquement recevoir un vaccin dans les prochains mois, même si celui-ci était encore déconseillé par la Haute Autorité de Santé dans un avis publié le 8 janvier dernier. « En l’absence de données robustes sur la tolérance et l’efficacité du vaccin au cours de la grossesse, la HAS rappelle que son utilisation chez la femme enceinte doit être envisagée seulement si les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques potentiels pour la mère et le fœtus”, pouvait-on alors lire dans cet avis.

Mais les connaissances sur les effets du virus, et les effets secondaires de la vaccination, évoluant presque quotidiennement, le discours de l’autorité publique a changé. Dans ses dernières préconisations relatives à la stratégie vaccinale publiées le 1er mars, la HAS indique que « l’administration des vaccins contre la Covid-19 chez la femme enceinte n’est pas contre-indiquée », confirmant toutefois qu’elle ne peut être envisagée que si la balance bénéfices/risques est favorable. La Haute Autorité de Santé s’appuie sur les résultats d’une étude américaine ayant montré que « la grossesse est un facteur de risque indépendant de développer des formes graves qu’il s’agisse des hospitalisations ou des décès associés à la Covid-19 ».

Un risque qui reste plus faible que pour les patients âgés ou présentant des comorbidités qui mais qui augmente « en cas de pathologies ou de comorbidités telles que l’obésité ou le diabète ». Face au risque d’accouchement prématuré et de complications en fin de grossesse, la HAS préconise d’autoriser les médecins généralistes et sages-femmes à prescrire les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna à leurs patientes enceintes à risque. Pour l’heure, le gouvernement, qui peut ou non suivre cet avis de la HAS, ne s’est pas prononcé.

Dans un communiqué publié le 2 mars, l’Académie nationale de médecine a à son tour fait évoluer ses recommandations. Considérant la grossesse comme « un facteur de risque de forme grave en cas d’infection par le SARS-CoV-2 », elle recommande de « vacciner toute femme enceinte professionnellement ou familialement exposée, ou porteuse d’une comorbidité (âge >35 ans, IMC >25, HTA, diabète) ».
Vaccin contre le Covid-19 et allaitement

Sur la question de l’allaitement, la HAS et l’Académie de médecine adoptent des positions similaires, indiquant que la vaccination chez la femme allaitante est possible. La HAS précise que sur la base de la dégradation rapide des ARN messager, il n’y « a pas d’effet attendu chez le nourrisson et l’enfant allaité par une femme vaccinée ». L’Académie de médecine précise pour sa part qu’il est important de préserver l’allaitement par les femmes ayant reçu le vaccin ou ayant été infectées, en raison de l’effet protecteur des « anticorps transmis par le lait maternel ».

Sources :

Stratégie de vaccination contre la Covid-19 – Place du Vaccin Moderna Covid-19 mRNA, avis HAS, 8 janvier 2021.
Stratégie de vaccination contre le SRAS-CoV-2, avis HAS, 1er mars 2021.
Faut-il vacciner les femmes enceintes contre la Covid-19 ? Académie de Médecine, 2 mars 2021.

Lire aussi :

Coronavirus et grossesse : pas de risque accru pour le bébé
Grossesse et fatigue : à chaque étape, nos conseils
Saignements pendant la grossesse : c'est grave ou pas ?
Quelle prise de poids pendant la grossesse ?

Inscrivez-vous à la Newsletter de Top Santé pour recevoir gratuitement les dernières actualités