USA : La commission d’enquête sur Donald Trump troublée par des élus

Des représentants républicains ont interrompu ce mercredi 23 octobre, une session de la commission d’enquête en plein témoignage d’une des responsables du Pentagone chargés des dossiers russe et ukrainien.

Les représentants républicains sont arrivés en nombre durant la session de la commission d’enquête sur les appels de Trump au président ukrainien. Une vingtaine d’entre eux a forcé le passage pour arriver à la salle où se tiennent les auditions dans le cadre de l’enquête pour une éventuelle destitution de Donald Trump.

Eric Soucy@EricSoucyMTL

#EtatsUnis : une meute de républicains envahit la chambre où se tenait une audience à huis clos dans le processus de destitution du président #DonaldTrump, mettant fin au témoignage d’un lanceur d’alerte dans le chaos.. https://time.com/5708756/republicans-storm-impeachment-deposition/ …Republicans Bring Impeachment Investigation to a Temporary Halt By Storming Closed-Door DepositionDemocrats argue the move threatened national security as cellphones were presenttime.com12:11 – 24 oct. 2019Informations sur les Publicités Twitter et confidentialitéVoir les autres Tweets de Eric Soucy

 Refus de quitter la salle

Alors que la commission s’apprêtait à entendre Laura Cooper, une des chargés des dossiers russe et ukrainien au Pentagone, les représentants républicains ont refusé de quitter la salle.

Usage des téléphones portables dans le Capitole

Certains d’entre eux filmant avec leur téléphone portable, ce qui est une violation dans cette partie du Capitole. Tous les appareils électroniques sont normalement interdits, en raison des sujets sensibles ou classés qui y sont débattus.

Donald Trump

Le Président américain est accusé, depuis le 16 septembre dernier, d’avoir fait pression sur le président ukrainien. Ce, pour ouvrir une enquête contre le fils de son rival démocrate à l’élection présidentielle de 2020, Joe Biden. Cette affaire a relancé les demandes de destitution du Président américain. Le 24 septembre, Nancy Pelosi, chef des démocrates au Congrès américain, a lancé une mise en accusation solennelle du locataire de la Maison Blanche.