Un homme gagne son procès contre l’amant de sa femme, pour «privation affective»

Rocambolesque affaire aux Etats-Unis où un homme s’est vu accorder 750 000 dollars de compensation après son divorce.

Il y a quelques années en France, un juge avait décidé que l’abstinence sexuelle était un motif de divorce pour faute. L’épouse, ignorée pendant plusieurs années, avait alors remporté 10 000 euros de dommages et intérêts. Une goutte d’eau par rapport à ce que vient de remporter un homme récemment divorcé en Caroline du Nord, aux Etats-Unis. Un tribunal a condamné l’amant de sa femme à lui verser 750 000 dollars pour « privation affective », raconte CNN.

L’affaire commence il y a quelque temps, quand, après 12 ans de mariage, l’épouse de Kevin Howard demande le divorce. Le couple suit une thérapie, mais le mari sent qu’il y a un problème. Il engage donc un détective privé qui découvre que sa femme a eu une liaison. « C’était un de ses collègues de travail. Il a dîné avec nous à plusieurs reprises, on passait du temps ensemblé Je pensais que c’était un ami », explique Kevin Howard au média américain. Il décide donc de se tourner vers la justice en utilisant la législation sur la « privation affective » qui permet d’attaquer une personne qui aurait « interféré délibérément dans une relation maritale ». La justice lui a donné raison et a condamné l’amant de sa femme à lui verser 750 000 dollars.

Pas un cas unique aux Etats-Unis

Cette somme devrait apaiser la douleur de celui qui décrivait son divorce comme « presque insupportable ». Pourtant, ce n’est pas ce qu’il l’a poussé à déposer une plainte. Interrogé par CNN, il explique « croire à la dimension sacrée du mariage ». Pour lui, il est nécessaire de connaître « les responsabilités juridiques » à l’heure de briser ainsi leurs voeux.

Si cette affaire peut surprendre, aux Etats-Unis, elle est loin d’être unique. En 2018, un homme avait été contraint de payer 8,8 millions de dollars à l’époux de la femme qu’il avait fréquentée pendant un an. Des lois similaires existent à Hawaï, dans le Mississippi, au Nouveau-Mexique, dans le Dakota du Sud et en Utah.

Source : lepoint.fr