Un converti allemand, adepte du hip-hop et du reggae, tombe sous …

A la recherche d’une vie paisible et spirituelle, un Allemand  converti trouve ce qu’il cherchait au Sénégal, notamment dans le mouridisme, s’éloignant ainsi de la vie matérielle et conformiste qu’il menait en Allemagne.

Björn Pachurka, un converti musulman allemand connu sous le nom de Khadim Ndiguel, avait parcouru le monde à la recherche de la paix intérieure, avant de s’installer au Sénégal, pendant près de 20 ans, rapporte en.mugtama.com visité jeudi par Senego.

Pachurka, 43 ans, était technicien en énergie solaire en Allemagne, passionné de musique hip-hop et d’histoire de la lutte de la communauté afro-américaine pour les droits civils. Influencé par la vie de Malcolm X, Ndiguel entreprend une quête qui l’éloigne de sa terre natale.

Ndiguel s’est converti à l’Islam au Sénégal, il y a une vingtaine d’années, où il a rejoint la confrérie Mouride.

Le passage du hip-hop au mouridisme mystique

Ndiguel a grandi en tant que chrétien protestant.

« Je fais partie de la génération hip-hop. J’adorais le reggae et la musique hip-hop. C’est comme ça que j’ai connu les Afro-Américains. Puis j’ai lu l’histoire de Malcolm X et de sa conversion à l’Islam. Après cela, j’ai décidé de partir pour l’Afrique », a-t-il dit.

Ndiguel, qui s’est d’abord installé en Égypte, a raconté ses aventures avec des membres religieux du rastafarianisme, dont feu Bob Marley faisait également partie. Il a ensuite poursuivi sa quête dans certains pays d’Afrique subsaharienne, dont la Zambie, le Malawi et s’est finalement installé au Sénégal.

Au Sénégal, Ndiguel a été initié à la tradition soufie du Mouridisme et a été influencé par le mode de vie et les enseignements pacifiques du Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927), fondateur de la confrérie.

« Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur de la ville de Touba, était un homme exceptionnel et il a fait preuve d’une résistance pacifique et non-violente contre le peuple français de l’époque coloniale »,  a déclaré Ndiguel.

De Bamba Mourisdism à Baye Fall Mysticism

Au cours de son aventure au cœur de la confrérie soufie sénégalaise, Ndiguel rencontre le mouvement Baye Fall, semblable au rastafarianisme.

Le mouvement a été créé par Cheikh Ibrahima Fall, l’un des premiers disciples de Cheikh Bamba.

Ses enseignements étaient axés sur le travail acharné, la bonté et l’aide aux autres.

Ndiguel, qui a épousé une sénégalaise, est aujourd’hui père de huit enfants et vit avec des membres de Baye Fall dans un village reculé du Sénégal.

« Nous vivons dans notre village, selon un mode de vie collectif, et nous faisons tout le travail demandé par nos Cheikhs. Nos vies sont conformes aux règles strictes de la communauté. Ici, nous travaillons dur pour trouver la paix intérieure », mentionne-t-il.

A rappeler que le Mouridisme, confrérie sunnite, a été fondé par  Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké (1853-1927) en 1887. Qui encourage l’entraide et le travail acharné. Et joue un rôle économique et politique important. Il a pour  capitale Touba.