Trump valide enfin la transition vers l’administration Biden (mais ne s’avoue pas vaincu)

Après des semaines de contestation (et de déboires), Donald Trump autorise le processus de transition mais assure qu’il peut toujours l’emporter.PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE – Il semblerait que la succession de déconvenues, entre les recomptages électoraux et défaites judiciaires, a fini par peser sur les espoirs de Donald Trump.
Après des semaines de contestation, le 45e président des États-Unis a annoncé ce lundi en fin de journée donner son accord pour lancer le processus de transition vers une administration menée par Joe Biden, vainqueur de l’élection présidentielle du 3 novembre.
« Notre combat continue TRÈS FORT, nous ne lâcherons pas et je pense que nous gagnerons! Cependant, dans l’intérêt de notre pays, j’ai recommandé que (l’on) fasse ce qu’il faut en ce qui concerne le lancement des protocoles (de transition, ndlr) », a déclaré le républicain sur Twitter.

L’équipe de Joe Biden et Kamala Harris qui gère la transition s’est immédiatement félicitée que la décision de ce jour « fournit à la prochaine administration les ressources et le soutien nécessaires pour organiser un transfert du pouvoir en douceur et pacifique ».
« Une étape nécessaire pour s’attaquer aux défis auxquels le pays fait face, notamment contrôler la pandémie et relancer notre économie », continue le communiqué diffusé par les démocrates.

« Étant donné les récents développements impliquant des recours en justice et des certifications de résultats électoraux, je vous transmets cette lettre aujourd’hui pour que ressources et services (liés à la transition, ndlr) vous soient fournis », avait écrit quelques instants plus tôt Emily Murphy, la patronne de la General Services Administration, dans une lettre destinée aux équipes de Biden.
Dans la journée, la victoire du démocrate dans l’État-clé du Michigan avait d’ailleurs été certifiée, énième revers pour Trump. Une commission a validé que Joe Biden y disposait d’une avance de plus de 155.000 voix sur 5,5 millions de suffrages exprimés.
Malgré ce type de résultats qui se sont multipliés ces derniers jours, l’administration Trump devait officiellement reconnaître que Joe Biden était le président-élu pour que l’équipe de transition du démocrate puisse commencer à se préparer à rentrer à la Maison Blanche. L’un des enjeux principaux était notamment de pouvoir avoir accès à des informations classées top-secret.
Signe plus anecdotique mais immédiat de la transition en cours, Joe Biden a pu obtenir dans la soirée des adresses internet se terminant en .gov, un suffixe uniquement réservé aux plateformes officielles du gouvernement.

Depuis plus de deux semaines, le démocrate de 78 ans disait donc avancer comme prévu sur son arrivée au pouvoir, mais regrettait « la perte de temps » face au refus du républicain de lui reconnaître la victoire. Biden s’inquiétait notamment du risque qu’une non-coordination avec les équipes de Trump face au Covid-19 se répercute sur les Américains, qui ont déjà perdu plus de 255.000 concitoyens.