Travailler plus de 10 heures par jour augmente le risque d’AVC

Selon une récente étude française, les personnes qui travaillent plus de 10 heures par jour auraient un risque plus élevé d’accident vasculaire cérébral.

L’accident vasculaire cérébral (AVC) est une défaillance de la circulation sanguine dans une région (plus ou moins grande) du cerveau. Dans la zone touchée, les cellules sont privées de l’oxygène apporté par le sang, et risquent donc de mourir si ce manque dure trop longtemps.

On distingue deux types d’AVC : dans 80 % des cas environ, il s’agit d’un AVC ischémique cérébral (aussi appelé infarctus cérébral) qui survient lorsqu’un caillot bloque le flux sanguin. Dans une minorité de cas (20 % environ), il s’agit d’un AVC hémorragique, causé par la rupture d’un vaisseau sanguin à l’intérieur du cerveau. Un hématome se forme, il comprime la zone cérébrale atteinte, et interrompt la circulation sanguine.

Travailler moins pour protéger sa santé

Selon une étude française publiée ce jeudi 20 juin 2019 dans le journal spécialisé Stroke, les personnes qui travaillent plus de 10 heures par jour, au moins 50 jours par an, auraient (en moyenne) un risque d’accident vasculaire cérébral 29 % plus élevé. Et pour les personnes qui tiennent ce rythme (intense!) durant 10 ans ou plus, le risque d’AVC augmente d’environ 45 %.

La corrélation serait encore plus forte chez les personnes âgées de moins de 50 ans. Par ailleurs, aucune différence homme/femme n’a été notée. D’après les chercheurs de l’hôpital Raymond-Poincaré, des universités de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et de Paris-Saclay avec l’Inserm, 30 % des Français travaillent plus que 10 heures par jour. Et si on levait (un peu) le pied ?

À lire aussi :

AVC : attention à l’hypocholestérolémie !

Un selfie sauve une sexagénaire d’un AVC

AVC : les enfants aussi sont concernés

Ne ratez aucun article de Topsante.com en recevant directement une alerte via Messenger