Trafic de drogue, piraterie, migration : La France livre un patrouilleur au Sénégal

Le Sénégal renouvelle sa flotte navale. Le chantier naval français UFAST a mis à l’eau un patrouilleur de 33 mètres pour le Sénégal, dont la livraison est prévue pour la fin mars.

A l’essai dans l’Hexagone

Le navire, baptisé Taouay, a été mis à l’eau à Quimper le 12 février, rapporte defenceweb.co.za, visité par Senego. Le patrouilleur, exploité par la marine sénégalaise, est en cours d’essais en mer et l’UFAST assure la formation de l’équipage.

Traquer les malfrats

Les missions à remplir pour ce nouveau navire  sont, entre autres, l’inspection des pêches, la lutte contre le trafic de drogue, la piraterie et la migration clandestine etc.

Renouvellement de flotte

En 2018, la société française Raidco Marine a reçu une commande du Sénégal pour la livraison de deux patrouilleurs RPB 33 supplémentaires, après que le chantier naval a livré un seul RPB 33 en 2013. Les deux nouveaux navires en cours de construction au chantier naval UFAST de Raidco, seront les plus performants de la marine sénégalaise, qui s’est développée ces dernières années.

L’arsenal sénégalais

Le premier RPB 33 sénégalais, le Ferlo, a été livré au troisième trimestre 2013 et a participé à l’opération “Restaurer la démocratie en Gambie” en 2017. La marine sénégalaise compte environ 900 marins et une trentaine de navires qui patrouillent sur 700 kilomètres de côtes et 159 000 kilomètres carrés de zone économique exclusive (ZEE).

Le Sénégal doit également recevoir trois patrouilleurs hauturiers Piriou OPV 58S pour la marine, avec les premières livraisons à partir de 2023.