Tollé général au Cameroun après les propos d’Emmanuel Macron

Les déclarations controversées du président français, dénonçant des « violations des droits de l’homme » au Cameroun, continuent d’alimenter la polémique au sein de l’opinion publique. Le gouvernement camerounais est sorti de sa réserve et entend rester « maître de son destin ».

Les déclarations du président français Emmanuel Macron, qui avait dénoncé samedi des violations « intolérables » des droits de l’homme à propos du massacre de Ngarbuh après avoir été interpellé par le leader de la Brigade anti-sardinards (BAS) Calibri Calibro, continuent d’alimenter une vive polémique au sein de l’opinion publique camerounaise.

Entre condamnations et interrogations, partisans du régime et opposants s’affrontent au sujet de la réponse servie par Emmanuel Macron à l’activiste, notamment au sujet des relations qui existent entre le président français et son homologue camerounais Paul Biya.

Au salon de l’Agriculture, le chef de l’État français a assuré avoir exigé la libération de l’opposant Maurice Kamto et conditionné la présence du président camerounais à une conférence, tenue début octobre à Lyon, à l’exécution de cette exigence.

« Je vais appeler la semaine prochaine le président Paul Biya et on mettra le maximum de pression pour que la situation cesse », a ajouté Emmanuel Macron au sujet du massacre de Ngarbuh.

Scolla Guy @ScollaGuy

Le Cameroun n’est pas une province française
Biya n’est pas un gouverneur nommé par la France que Macron fasse très attention 14 20:57 – 22 févr. 2020Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité Voir les autres Tweets de Scolla Guy