Thiès: Restés deux mois sans salaires, les travailleurs de Dakar Bamako …

Face à  leur  situation qui prévaut au sein de leur l’entreprise  depuis plusieurs mois, les travailleurs de Dakar Bamako Ferroviaire ont tenu un point de presse ce mercredi à  Thiès pour dénoncer  le retard de paiement de leurs arrières de salaires pendant deux mois.

Les travailleurs  de (DBF) ont vivement  dénoncé  la réticence du gouvernement  à leur payer leurs  deux mois sans salaire.  Aly Diallo Sow Secrétaire chargé des revendications  de Setrail porte leur voix. Il a listé  trois problèmes majeurs  qui freinent l’entreprise. Il s’agit d’abord  d’un  manque criard d’information  sur l’évolution  de cette  entreprise. Les travailleurs  ne reçoivent aucune  information.  Ensuite, le problème  des salaires demeure toujours   existant au sein de DBF, et enfin la relance de l’entreprise évoquée  par le Président Macky Sall  lors de sa campagne  électorale  à  Thiès.  Selon Aly Diallo Sow, pourtant  le Chef de l’Etat avait  dit que les salaires des cheminots  sont porté par le gouvernement.  Finalement, ces paroles  étaient vaines. ” Nous restons deux mois sans salaire alors que les coupures d’électricité et d’eau s’amplifient chaque jour dans nos foyers.Nos enfants  étudient  dans µdes écoles privées ” .L’entreprise  est laissée en rade depuis belle lurette.  Est-ce que le Président  de la République est au courant  de ce qui se passe  dans l’entreprise, s’interroge t- il ? En plus, les travailleurs de Dakar Bamako Ferroviaire(DBF) affiliés à certains  syndicats  de la place n’apprécient pas la démarche  du nouveau  Ministre de tutelle, maître Oumar Youm. Le Ministre  a visité  ses services  sans nous avec son staff. ” Nous ne sommes pas en priorité avec l’Etat du Sénégal ” ,déplorent- ils. Ils poursuivent ” Nous savons  nous tous que le domaine ferroviaire nous appartient, nous connaissons  tous que le Train Express Régional (TRE) est installé  dans nos entreprises avec plusieurs  milliards  de francs CFA ” . Avec ces conditions  de précarité, nous exigeons au gouvernement  de nous trouver  des solutions face à  cette  situation qui perturbe la vie des cheminots  depuis  fort longtemps.  L’Etat doit assurer  entièrement le droit  des travailleurs, c’est  une règle élémentaire, ont-ils laissé  entendre.  Ainsi, nous ne bénéficions d’aucune  couverture médicale. Nos aînés sont partis depuis un an sans avoir  leurs  indemnités de  départ  à la  retraite. Pour terminer, nonobstant le plan de relance qui a été  soulevé  par le directeur  de (DBF) les mois derniers, la nouvelle  direction  n’a rien fait. Sur ce, nous annonçons  au peuple  sénégalais et à  la face du monde notre plan stratégique qui se repose sur l’union  des cœurs  entre  les différents  syndicats  au sein  de  l’entreprise  pour faire  face au gouvernement.  Car seule la lutte  syndicale  libère le travailleur.