Taux de prévalence : Le VIH/Sida flambe chez les homosexuels

Selon un rapport du Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls), le Vih au Sénégal a un taux de prévalence basse en moyenne, même s’il connait une forte augmentation de nouveaux cas chez les homosexuels.

Une baisse de 67.7% 

Les nouvelles infections de VIH/Sida sont passées de 4 428 à 1 427 entre 2005 et 2019, ce qui représente une baisse de 67,7% au Sénégal, selon le Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls).

Prévalence à population et géographie variable

Dans un rapport, le Cnls, s’appuyant sur des données de l’Onusida, souligne que l’épidémie de Sida au Sénégal est de type «concentré», avec une prévalence basse dans la population âgée de 15 à 49 ans, qui s’établit à 0,5%. Cette prévalence est très élevée dans certaines franges de la population et localités, relève le document.

Contamination essentielle par voie sexuelle

Il indique que la contamination continue à se faire essentiellement par voie sexuelle, alors que les nouvelles infections touchant la catégorie des individus âgés de 25 ans et plus est de 22,5%. Elle est de 14,4% chez les personnes âgées de 15 à 24 ans. La prévalence du VIH/Sida chez les femmes professionnelles du s**e connaît également une baisse régulière, passant de 18,5% en 2010 à 6,6% en 2015, puis à 5,8% en 2019, fait savoir la même source.

Forte flambée chez les homosexuels

Elle signale que la prévalence du VIH/Sida chez les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes est passée de 17,8% en 2014 à 27,6% en 2017. La répartition de la prévalence selon les régions montre des disparités. Kolda et Ziguinchor (1,5%) sont suivies de Kaffrine (0,9%), Tambacounda (0,8%), Kédougou (0,6%), et présentent des prévalences au-dessus de la moyenne nationale.