Tambacounda : L’enfer Des Populations De Boutoucoufara Dans Le Boundou

76
Single Post


Single Post
Tambacounda : L’enfer des populations de Boutoucoufara dans le Boundou
Les populations du Boundou, précisément celles situées dans la commune de Boutoucoufara dénoncent l’enclavement de leur localité. Lors d’un rassemblement public organisé par le mouvement Initiative citoyenne pour le développement du Boundou Émergent, une association composée de 103 villages et hameaux allant de Diamakhan à Kayan, dernier village du Boundou et frontalier avec le Mali, les populations réclament le bitumage de l’axe Tambacounda-Kayan en passant par Diankémakhan et Bokolako, pour désenclaver complètement le Boundou. 

 « Nous, populations du Boundou particulièrement celles de la commune de Boutoucoufara, estimons que l’enclavement empêche le développement économique et social de nos terroirs, le transfert de nos malades et femmes enceintes vers les structures adaptées, l’écoulement des produits agricoles et maraichers, le manque d’eau potable, le manque de réseau téléphonique mobile, la fréquentation des écoles d’éducation et de formation par notre jeunesse abonnée à l’exode rural et à l’émigration sous toutes ses formes », a invité le secrétaire général de l’association. 

Mamadou Cissokho de rappeler également que le désenclavement de cette partie du territoire national a toujours été une vieille doléance qui date de l’indépendance et tarde toujours à se réaliser.  « La région naturelle du Boundou est connue pour sa richesse historique et ses potentialités économiques à travers les âges. L’histoire nous apprend que le Boundou a toujours été convoité par les européens lors de la colonisation, car la région a été un point stratégique pour l’accès aux mines d’or de la Falémé et du Bouré et était considéré comme un grenier à cause de son agriculture florissante. L’économie était centrée, comme dans les royaumes frontaliers sur le commerce et la gomme arabique mais aussi et surtout sur l’élevage. De tout temps, la région a été toujours fertile. Malgré ses potentialités, nous ne cessons de demander en vain, la construction de cette route pour permettre l’émergence multiforme et multifactorielle de nos terroirs par et pour les populations dépendantes de nos vaillantes diasporas. Nous exigeons sans délai ni condition, la réalisation de l’ouvrage tant réclamé et attendu depuis des générations et des générations ».

 Ainsi, il interpelle le président Macky Sall pour ses promesses. « Nous interpellons le président de la République dont les promesses sont encore et toujours fraiches dans les mémoires, à faire de l’équité territoriale une réalité dans cette partie du Sénégal oriental où les accidents avec pertes de vies humaines, des blessures handicapantes, de décrochage scolaire et de retard économique, forment le quotidien des populations », conclut Mamadou Cissokho, secrétaire général de l’association pour le développement du Boundou Emergent…