Spray nasal anti-Covid : l’Agence du médicament suspend leur vente

Les sprays nasaux, « spray nasal COV-Defense » et « spray nasal Biokami » n’ont pas prouvé leur efficacité et leur sécurité. Leur vente est suspendue.

On connaissait le spray nasal à l’eau de mer, bien utile en cas de rhume. Un spray « spécial Covid », censé lutter contre les particules de virus logées dans la cavité nasale devait être commercialisé le 1er mars dans les pharmacies françaises. Selon les communications récentes du fabricant, ce spray virucide, à base d’eau ionisée, « assure l’inactivation du virus Sars-CoV-2 à plus de 99% ».
Sur le même sujet
Petite révision des gestes barrière contre le coronavirus
Covid-19 : connaissez-vous les 10 gestes barrière ?

Il peut être utilisé « après une prise de risque par exemple », avait assuré à l’AFP Laurent Dodet, président de P&B. A condition de « faire une inhalation juste après avoir été infecté », soit avant que le virus ne p*******e les voies respiratoires, avait complété à l’AFP également, le Dr Pierre-Jacques Raybaud, médecin généraliste diplômé en immunologie.

Mais l’Agence du médicament suspend sa vente. « Malgré les allégations du fabricant, nous n’avons pourtant reçu aucune donnée de validation clinique démontrant la performance et la sécurité d’utilisation de ce spray, condition indispensable pour qu’un dispositif médical puisse être mis sur le marché selon la réglementation européenne relative aux dispositifs médicaux », indique l’Agence du médicament (ANSM) dans un point d’information diffusé ce 22 février.

Elle précise qu’en l’absence de telles garanties et dans l’attente d’informations complémentaires, elle suspend « par décision de police sanitaire (DPS) la mise sur le marché, la distribution, la publicité et l’utilisation » de ces deux sprays « jusqu’à leur mise en conformité avec la réglementation applicable ». En outre, la société Pharma & Beauty – Centrepharma est tenue de procéder au rappel des lots de ces dispositifs et d’informer toutes les personnes physiques ou morales susceptibles de détenir les produits concernés.

Il faut savoir que la mise sur le marché d’un dispositif médical s’effectue dans un cadre réglementaire européen. Celui-ci impose aux fabricants de démontrer la conformité de leur dispositif médical qui se traduit par l’apposition d’un marquage CE sur leur produit, préalablement à leur commercialisation.

Selon l’OMS, « rien ne prouve que le fait de se rincer régulièrement le nez avec une solution saline protège contre le Covid-19. » Sur sa page consacrée aux idées reçues, l’OMS souligne qu’il existe quelques éléments probants indiquant que cette pratique peut aider les gens à se remettre plus rapidement d’un rhume ordinaire mais qu' »il n’a pas été démontré que le fait de se rincer régulièrement le nez permettait de prévenir les infections respiratoires. » Au printemps dernier, la Direction générale de la Santé avait même préconisé de ne pas abuser des lavages du nez.

Rappelons encore que pour se protéger du Covid-19, il convient avant tout de respecter les gestes barrières : se laver les mains, porter un masque, respecter la distanciation sociale, aérer son intérieur, etc. Par ailleurs, en cas de symptôme ou si l’on est « cas contact », il faut s’isoler et se faire tester rapidement.

Lire aussi :

Coronavirus (Covid-19) : comment se soigner à la maison ?
Covid-19 : l'Ordre des médecins alerte sur un protocole censé prévenir le virus
Vaccination Covid-19 : calendrier, prioritaires, vos questions
Variants anglais, brésilien, sud-africain : symptômes, chiffres, dépistage

Inscrivez-vous à la Newsletter de Top Santé pour recevoir gratuitement les dernières actualités