Soutien à Guy M. Sagna : Mohammed Samb recadre Moustapha Diakhaté

Mohammed Samb se prononce sur les cas Guy Marius Sagna et Adama Gaye. Le premier, poursuivi pour fausse alerte au terrorisme, est en prison depuis une dizaine de jours, tandis que le second est poursuivi pour publication d’écrits contraires aux bonnes mœurs et offense au chef de l’Etat. Il est aussi placé sous mandat de dépôt, le mercredi 31 juillet.

Le Secrétaire général du cadre de concertation libéral n’est pas d’avis avec l’ancien président du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar (BBY), Moustapha Diakhaté, qui avait demandé l’arrêt des poursuites contre l’activiste Guy Marius Sagna.

Cette position de l’apériste n’agrée pas Mohammed Samb qui estime que Adama Gaye et Guy Marius Sagna ont failli à leur devoir de républicain et de démocrate. Donc, ils ne doivent pas bénéficier de soutiens de ceux qui croient aux valeurs républicaines et démocrates.

« Adama Gaye et Guy Marius Sagna ont failli à leur devoir de républicain et de démocrate. Ils ont agressé la République et les institutions du pays. Toute personne qui ne respecterait pas les lois et règlements du pays fera face à la loi. Nous ne sommes pas dans une République bananière. Nous sommes dans une démocratie où chacun doit se respecter. Macky Sall a été réélu par 57,8% des Sénégalais », soutient-il.

Et d’ajouter : « si Moustapha Diakhaté a des problèmes personnels avec le pouvoir, qu’il aille au Palais les régler avec Macky Sall. Il a eu toutes les fonctions que lui confère son statut d’homme, sans avoir au préalable une base politique. Pour lui, défendre Guy Marius Sagna est une honte pour quelqu’un qui s’est battu pour défendre la République. Nous ne laisserons plus personne insulter la première institution qu’est le Président Macky Sall ».

Rappelons que « Moustapha Diakhaté a qualifié « d’une honteuse farce de Reporters sans frontières » le soutien de l’organisation au journaliste. Pour lui, « en soutenant l’insulteur public Adama Gaye, RSF s’éloigne de sa profession de foi officielle : « la défense de la liberté de la presse « , lâche-t-il sur sa page Facebook.