Sortie de Serigne Mountakha Mbacké : Pourquoi le Khalife est en colère

A la suite du prêche de Serigne Mame Thierno Ibn Serigne Cheikh Awa Balla Mbacké, à la fin de la prière de la Korité, déplorant certains comportements aux antipodes des enseignements de Serigne Touba et les attaques non justifiées contre le Cheikh lui-même et son héritage, Serigne Mountakha Mbacké Bassirou est monté au créneau pour appuyer le patriarche de Darou Marnane. Le Khalife a ainsi servi une sévère mise en garde aux «ennemis» de la communauté mouride.

Ecourtant sa retraite spirituelle de quinze jours entamée le lendemain de la fête de l’Aid-el-fitr, le Khalife des Mourides s’est attaché les services de la Télévision «Al Mouridiyyah» pour dire ses vérités aux détracteurs du Mouridisme. «Serigne Touba n’a jamais été ailleurs qu’auprès de Dieu et de Son Prophète (Psl). Nul ne peut ignorer son immense œuvre. Nous devons la perpétuer. Serigne Touba nous a enseigné la conduite à tenir, en tant que créatures par rapport au Créateur. Nous lui devons reconnaissance.» S’adressant aussi aux jeunes marabouts, le Khalife rappellera qu’être de la famille de Serigne Touba et se comporter de certaines façons est déplorable. «Quiconque se le permet à Touba ou adopte des comportements contraires aux enseignements du Cheikh, sera châtié. Je donnerai le ‘’ndigël’’ pour que sa maison soit détruite et j’ordonnerai son expulsion de la cité», déclare le patriarche de Darou Miname. Serigne Mountakha Mbacké Bassirou de préciser sa fatwa : «Personne ne sera tué ni battu.» Cette réaction musclée du chef de la communauté mouride fait suite à la sortie de Serigne Mame Thierno Mbacké Ibn Serigne Cheikh Awa Balla, le jour de la Korité. Lors de son «khoutba» (sermon), le chef religieux avait exprimé toute sa désolation, avant d’étaler sa colère face aux gens qui tentent de déprécier l’œuvre et le legs de Serigne Touba. Convoquant l’histoire, il disait : «La communauté mouride renferme en son sein, deux khalifes très cléments et dociles. Je veux nommer Serigne Mountakha et Serigne Abbas Mbacké. Cette posture peut nous être fatale, si nous n’en faisons pas usage à bon escient. Touba n’a qu’un chef, c’est le Khalife. Ce qui s’est récemment passé à Touba (le Premier ministre hué devant le domicile du Khalife, Ndlr) lors de la campagne présidentielle ne se répétera plus. Plus jamais à Touba, des élections ne permettront à une personne d’être élue. La cité religieuse est régie par une voie autoritaire, celle du Khalife et c’est elle seule qui va désormais prévaloir et devant toutes les situations. Vous pouvez compter sur ma détermination à faire prospérer cette donne. Je m’emploierai personnellement à traquer et à punir les impolis. J’en donne la garantie.» Après avoir «invité les petits-fils de Serigne Touba à quitter les villes et revenir au bercail», le marabout a fait savoir que les «attaques contre la confrérie cesseront à tout prix» et que «quiconque désobéira sera châtié de sa témérité».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici