Sortie de Cheikh O. Touré contre le Dg de la Senelec: « Nos médias, des espaces de règlement de compte », fustige le Pjd

154
Sortie de Cheikh O. Touré contre le Dg de la Senelec: « Nos médias, des espaces de règlement de compte », fustige le Pjd


La sortie du chroniqueur Cheikh Ousmane Touré contre le directeur général de la société nationale d’électricité ( Senelec) Pape Mademba Bitéye a du mal à passer auprès des soutiens de l’homme politique. Comme à son habitude, le secrétaire général du parti justice et développement ( Pjd) a apporté la réplique en dénonçant les calomnies diffusées à longueur de journée sur les médias avant de préciser que l’accusateur ne connaît rien du natif de Kabatoki. 

« Nos médias surtout les plateaux de télévision ou des sites en ligne sont devenus des espaces de règlements de compte. Les maîtres chanteurs, les laudateurs et les frustrés de tous bords y attaquent quotidiennement d’honnêtes citoyens mille fois meilleur qu’eux, et celà doit cesser car il y va de la probité des journalistes et animateurs qui y officient », a tapé du poing sur la table Cheikh Ibrahima Diallo.

Pour le membre de Benno Bokk Yakaar du département de Kaolack, dans l’histoire de la Senelec, on a jamais connu un manager qui maîtrise aussi bien le secteur de l’énergie. Choisi par Abdoulaye Wade comme secrétaire permanent à l’énergie, l’homme a su la vision novatrice du chef de l’État en matière de mixte énergétique et d’augmentation des capacités de production du pays, si l’on en croit à ses mots.

« Depuis juin 2021, la production brute d’électricité de la Société nationale d’électricité (Senelec) s’est améliorée de 11,0%, par rapport au mois précédent. Cette information émane de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd). Dans la foulée, l’agence souligne, dans la dernière édition de son rapport « Repères statistiques » consacrée au mois de juin 2021 que la production électrique a également connu une hausse de 7,2%% comparativement à la période correspondante de l’année 2020 », a tenu à éclaircir M. Diallo.