Soldats t**s au Mali : « mon mari ne verra jamais son fils né il y a deux semaines »

178
Soldats tués au Mali : « mon mari ne verra jamais son fils né il y a deux semaines »



Après l’annonce de la m**t de trois (03) casques bleus sénégalais, t**s, avant-hier, mardi 21 février 2023, par une bombe artisanale au cours d’une mission de la Minusma au Mali, le temps semble s’être arrêté au domicile d’une des victimes. Dans les colonnes du quotidien l’Observateur, les familles des victimes racontent leur douleur. L’épouse d’une des victimes informe que son mari ne verra pas leur fils né il y a deux semaines.

«Je suis Toussainte Tacky Boubane, âgée de 30 ans et coiffeuse. Je suis l’épouse de Pierre Tama Boubane. Nous nous sommes connus à Kédougou avant de nous marier en 2020. C’est en 2010 qu’il a intégré l’armée avant d’être affecté à la marine nationale. Il est parti au Mali au mois de septembre dernier après ses congés qu’il a passés avec moi. Auparavant, il venait à chaque fois qu’il avait une permission. J’ai accouché il y a juste deux semaines et il avait promis une fois à Tamba, après la fin de leur mission au Mali de baptiser notre fils. Il m’avait même promis qu’il ferait un grand baptême. Il n’a vu son fils que sur WhatsApp puisqu’on s’entendait tous les jours, sauf le jour des faits. Comme si j’avais senti la nouvelle au même titre que son fils qui s’était mis à pleurer toute la journée du 21 février. Ce qui ne lui est jamais arrivé.

À un moment donné, j’ai senti qu’il y avait quelque chose, jusqu’à ce que son oncle m’annonce la triste nouvelle. Je me suis réveillée à l’hôpital. Mon mari représentait tout pour moi. Il était mon confident. Il y avait une grande complicité entre nous. Il était généreux et toujours souriant. Il a tout fait pour moi et son enfant qu’il n’a jamais vu d’ailleurs. Il m’arrivait de me connecter sur WhatsApp pour lui montrer l’enfant. Je prie pour le repos de son âme. Il était un brillant élève, malheureusement il a abandonné les études en moyen secondaire pour intégrer l’armée. Il ne pouvait pas rester une journée sans m’appeler. Sa famille et moi avons perdu un grand homme qui avait de grands projets. J’appelle les autorités, plus particulièrement le Ministre des Forces Armées, à penser à mon fils qui n’a jamais vu son père qui est m**t dans un champ de bataille, les armes à la main. Pour l’heure, nous attendons la réaction des autorités pour le rapatriement de sa dépouille».

IGFM