Situation préélectorale : Le Forum civil alerte contre «un risque de…

0

Le Forum civil est monté au créneau pour revenir sur la situation pré-électorale « inquiétante » caractérisée, selon lui, par une « certaine angoisse et des craintes des populations et des investisseurs sur l’avenir immédiat du Sénégal ». Dans une déclaration de presse parvenue à Seneweb, la section sénégalaise de Transparency International, qui a décelé des « dysfonctionnements » dans la mise en œuvre de la loi sur le parrainage, a alerté sur « des risques de basculement » du pays.

Concernant d’abord l’affaire de l’ex-maire de Dakar, le Forum civil dit avoir constaté que « son mode de traitement semble sortir du principe de redevabilité au cœur de toute politique de bonne gouvernance, à laquelle devraient être soumis tous les détenteurs de charges publiques sans discrimination, pour emprunter les voies de l’élimination par voie judiciaire d’un candidat à la candidature à la présidentielle de 2019 ». A ce titre, il invite, dans une déclaration rendue publique ce lundi, la Cour suprême et le Conseil Constitutionnel à « respecter les droits de Khalifa Sall sur le caractère suspensif en matière de rabat d’arrêt tels que prévus par les articles 37, 38, 39, 49, 51 et 52 de la loi organique n°2017-09 du 17 janvier 2017 relative à la Cour suprême ».

Constatant en outre, ce qu’elle considère comme « un désordre du droit », la section sénégalaise de Transparency international attire l’attention des ‘’7 Sages’’ du Conseil constitutionnel sur « les risques de basculement du pays dans une situation d’instabilité sans précèdent ».

Pour ce qui est, par ailleurs, de la loi sur le parrainage, les camarades de Birahim Seck invitent le gouvernement à instaurer un débat les questions sur lesquelles portent les projets de réformes, en tenant compte du caractère obsolescent du système actuel de gouvernance publique et d’éviter d’enfermer les réformes institutionnelles dans la temporalité d’un mandat et de mettre les citoyens dans une position inconfortable au moment du choix. Cette loi, d’après le Forum civil, a été adoptée sans débat occultant ainsi un des fondamentaux d’une démocratie véritable à savoir le dialogue, «ce qui a engendré cette situation de contestation, menaçant la paix et la stabilité sociale du Sénégal ».

«Une personnalité indépendante pour l’organisation de l’élection présidentielle »

Aussi, ont-ils fait constater pour le déplorer dans ce même texte que « le processus de vérification des parrainages a été faussé dès le départ par un déficit de transparence et de fiabilité, car les données de base devant servir de référentiel de comparaison n’ont pas été transmises aux candidats à la candidature ».

Le document d’ajouter : «Les candidats à la candidature n’avaient aucun moyen de savoir si les parrainages transmis au Conseil Constitutionnel ont fait l’objet de vérification avec les mêmes données de base. Finalement le processus électoral est bâti dans le moule de la défiance et non de la confiance des acteurs, condition substantielle aux bonnes pratiques internationalement reconnues en matière électorale ».

Les membres du Forum civil sont convaincus que «la paix sociale est menacée, la stabilité de la sous-région est très fragile et les vulnérabilités du pays avérées. Au vu de cette situation, le Forum Civil réitère la demande formulée dans sa déclaration du 9 octobre 2018 consistant, pour le Président de la République, garant constitutionnel de l’unité et de la cohésion nationale, de désigner une personnalité ou un organe consensuel et indépendant pour la poursuite de l’organisation de l’élection présidentielle ».

Pour Abdou Aziz Diop & Cie, en matière judiciaire, le sentiment le mieux partagé aujourd’hui est celui d’une justice au service de l’exécutif, une instrumentalisation à outrance de la justice à des fins de politique politicienne. C’est pourquoi, ils exhortent les forces de sécurité et de défense à la retenue en garantissant la sécurité aux citoyens afin de permettre à notre pays d’avoir un scrutin libre, apaisé et transparent mais aussi appelle les acteurs politiques, toutes obédiences confondues, au sens de la responsabilité et à la sauvegarde de l’intérêt général pour éviter des contentieux et des violences pré et post électoraux préjudiciables à la stabilité du pays.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *