Sigif : Une nouvelle ère des finances publiques

A partir de l’année prochaine, le Sénégal connaîtra une nouvelle forme de gestion des finances publiques. Depuis 5 ans, le pays se préparait à ces nouvelles règles, par le biais du Système intégré de gestion de l’information financière (Sigif). Ce programme dirigé par le consultant à la banque mondiale, Ibrahima Faye, est un outil qui permet d’opérationnaliser les directives de l’Uemoa.

Ces  directives ont été internalisées dans la loi sénégalaise depuis 2012. Le démarrage était prévu 5 ans plus tard, c’est-à-dire en 2017. Mais à date échue, le pays n’était pas prêt. D’où un rallonge de 3 ans. Aujourd’hui, le Sénégal pense être suffisamment préparé pour entrer dans la phase active.

‘’Avec le Sigif, le paradigme va changer. Les pouvoirs publics vont passer d’une logique de moyens à une logique de résultats’’, souligne l’expert en finances publiques, ce jeudi lors d’une journée d’information avec les journalistes économiques. En fait, jusqu’ici, des budgets sont alloués aux ministères qui se donnent les moyens. Mais désormais, le budget sera présenté sous forme de programme avec des résultats à atteindre.

Les ministères viendront  donc avec des objectifs précis en termes de réalisation. Et c’est sur la base de cette base que les fonds seront alloués. Ainsi, à la fin, il sera plus facile au corps de contrôle de juger l’efficacité de chaque département ministériel.

‘’Tout cela nécessite la mise en œuvre d’une nouvelle plateforme de gestion des finances publiques du Sénégal. Le Sigif a pour objectif de mettre à disposition des acteurs des finances publiques un système intégré qui englobe l’ensemble des aspects’’.

De même que la programmation, l’exécution budgétaire se fera également en mode programme, ‘’avec la mise en œuvre d’une comptabilité patrimoniale pour pouvoir mesurer le patrimoine de l’Etat’’.