Serigne Abdou, l’honneur du soufisme contemporain (Par Amadou Tidiane Wone)

Toute vie sur terre est encadrée par deux étapes limitatives : la naissance et la mort. Entre les deux on peut rivaliser de forces, de fortunes, de sciences , de Pouvoir et concourir en accumulation de biens et denrées périssables. Si l’on ne périt soi-même … De quelque bout que l’on prenne la question, on se retrouve, tous, strictement égaux face à la mort et à la froide solitude d’un tombeau. Une profonde réflexion sur cette issue inéluctable, dont l’échéance reste cachée à chacun jusqu’à son terme, devrait permettre de mieux apprécier la Vie et de lui donner un sens. Savoir vivre revient essentiellement à donner à la vie des objectifs supérieurs qui la transcendent et lui survivent. Une vie sans objectifs transcendants n’a pas vraiment de…sens !

Musulman sénégalais j’ai été élevé, comme la grande plupart de nos compatriotes, dans l’Islam soufie dit confrérique. Le modèle majoritaire. C’est dans une période relativement récente que les premières générations d’étudiants formés dans les pays arabes ont commencé à diffuser de nouveaux courants de pensée islamique fortement politisés et culturellement affectés. Mais le modèle majoritaire semble résister et développer de nouvelles formes de régénération de sa pensée. Malgré des excès et des dérives notés, par-ci par-là, et qui sont bien éloignées de l’intention des initiateurs. Un débat à approfondir certainement par les intellectuels, de plus en plus nombreux, à s’intéresser à la religion, à sa compréhension, à la défense et à l’illustration de son projet initial.

Une des forces du Saint Coran c’est qu’il invite à la réflexion, la nourrit par des paraboles à déchiffrer et ouvre des sentiers lumineux à ceux qui ont le cœur et la volonté de s’y engager à la recherche du Savoir. Le premier verset du Saint Coran est une injonction à la quête de la science. : « IQRA ! » LIS dans le sens de « Apprends, étudie, va à la recherche du Savoir ! »Le Savoir ! Le signe distinctif de l’Homme, celui qui l’honore et l’élève. Ce pourquoi il fut digne de la prosternation des anges et des djinns. A l’exception d’Iblis, djinn déchu et exclu de la Proximité parce qu’il ne.. savait pas. Ce n’est pas pour rien que la quête du Savoir par le cœur est le catalyseur des voies dites soufies. Le cœur est le siège de l’Amour. Dieu est inaccessible sans Amour.

Le Savoir ! Serigne Abdoul Aziz Sy Dabaakh Saint Homme disparu un 14 septembre 1997 l’a incarné, dispensé par le verbe et illustré par ses faits et gestes de tous les jours: Nous ne pleurons plus Serigne Abdou, une grâce qui a illuminé tant de cœurs et éclairé tant d’esprits, croyants ou pas. pratiquants ou si peu. Tant il est vrai que le soleil brille pour tout le monde !

Nous ne pleurons plus Dabaakh car il est de plus en plus vivant ! Dans nos cœurs ! En outre, son temps a correspondu avec l’avènement progressif des nouvelles technologies. Sa voix a ainsi percé les mystères de l’analogique pour s’imposer au numérique et investir tous les réseaux de communication. Dabaakh nous parle ainsi de tout. Partout. A nos angoisses et à nos peurs présentes il avait, comme dans une prescience trouvé des réponses. Toujours tirées du Coran et de la Sunnah. Et il continue de nous rassurer en nous rappelant sans cesse vers le Chemin lumineux pour venir à bout des ténèbres : La Sirat al moustaqim… Nous ne l’oublierons jamais. Car les circonstances se chargent, à chaque fois, de le ramener parmi nous. De sa belle voix, haute et pure, il sait encore nous dire : « Niit du xeeb boppam ! » autrement dit « il faut refuser de se rabaisser à ses propres yeux. » Refuser que les autres nous dessinent notre destin ! Relevons la tête et assumons nos différences dans ce qu’elles ont de meilleur. Cela fera… la différence !
Merci Serigne Abdou, de nous avoir indiqué, purement et simplement, le sens profond de la crainte révérencielle due au Seul et Unique Créateur, Allah Soubhanahou wa Taala. Merci de nous avoir suggéré comme viatique inaltérable l’Amour pur et sûr pour le Prophète Mouhammad (Paix et Saluts sur lui) .

Merci de nous avoir décomplexé et éclairé, libéré des faux-semblants et des chemins de traverses.

Qu’Allah lui renouvelle Ses Grâces et Sa Miséricorde. Il a porté haut le drapeau d’honneur du soufisme véritable. Avec humilité. Comme il se doit.

Amadou Tidiane WONE

woneamadoutidiane@gmail.com