Sénégal : Des perspectives agricoles et alimentaires bonnes dans l’ensemble

La mission conjointe Gouvernement/CILSS/FAO/PAM d’évaluation préliminaire des récoltes de la campagne agropastorale 2020-2021, s’est déroulée au Sénégal du 02 au 06 novembre 2020.

Après une visite du Secrétaire Permanent du CONACILSS, la mission a rencontré les structures nationales impliquées dans le suivi de la campagne notamment la Direction de l’Analyse de la Prévision et des Statistiques Agricoles, la Direction de la Protection des Végétaux, la Direction de l’Agriculture, la Direction de l’Horticulture, le Secrétariat Exécutif du Conseil National à la Sécurité Alimentaire, le Groupe de Travail Pluridisciplinaire et les représentants de la FAO et du PAM.

Au cours de ces rencontres, elle a examiné la méthodologie de collecte et de production des statistiques agricoles au Sénégal et les conditions de déroulement de la campagne agropastorale 2020-2021.

A l’issue de ces échanges, la mission faits les constats ci-après :

1. Sur le plan de la production des statistiques agricoles, la méthodologie utilisée au Sénégal est bonne et commune à l’ensemble des pays de l’espace CILSS, CEDEAO et UEMOA. Par ailleurs, la mission se félicite du bon fonctionnement du système permanent d’enquêtes agricoles du Sénégal.

2. Sur le plan des préparatifs de la campagne dans un contexte de lutte contre la pandémie du COVID-19, le gouvernement a mobilisé plus de 60 milliards de francs pour renforcer les subventions de l’Etat en matière d’approvisionnement en intrants et équipements agricoles (semences, engrais et engins).

3. Sur le plan pluviométrique :

a. Début de saison précoce et une fin tardive sur la majeure partie du pays ;

b. Bonne répartition des pluies dans le temps et dans l’espace avec des hauteurs journalières dépassant 200 mm dans plusieurs localités du pays. Ce qui a provoqué des inondations qui ont occasionné des dégâts importants sur les infrastructures et sur les cultures principalement de riz (près de 1300 ha détruits) ;

c. Cumuls pluviométriques saisonniers excédentaires comparés à la moyenne interannuelle 1981-2010 au Nord-Ouest, au Centre-Ouest et au Sud avec des hateursrecords de plus de 2000 mm à Enampore, Niassya, Loudia Oulof, Ziguinchor, Mpack, Diogué, Oussouye, Thionck Essyl, Cabrouse et Cap Skirring. Ils sont équivalents à la normale dans le reste du pays.

4. Sur le plan hydrologique, à la faveur des pluies enregistrées, les écoulements des principaux cours d’eau (fleuves Sénégal, Falémé, Gambie, et Casamance) ont atteint des niveaux meilleurs à ceux de 2019 avec par conséquent des décrues plus lentes. Ce qui augure des conditions hydriques favorables à l’installation des cultures de décrue.

5. Sur le plan agricole, le développement des cultures est satisfaisant en raison des bonnes conditions agrométéorologiques ayant prévalu durant la campagne. Ainsi, au 31 octobre 2020, l’essentiel des cultures en place (mil, sorgho, maïs, niébé, arachide, pastèque et autres) sont entrain de boucler leur cycle. D’ores et déjà, des récoltes en vert (précoces) sont observées par endroits au niveau de l’ensemble des régions.

Avis conjoint mission GOUVERNEMENT/CILSS/FAO/PAM au Sénégal 06 novembre 2020 Page 2

6. La situation phytosanitaire a été marquée par des attaques maîtrisées :

a. des oiseaux granivores dans la vallée du fleuve Sénégal et le Bassin de l’Anambé ;

b. des sauteriaux dans la régions de kolda, Kaffrine, Thiès, Louga et Fatick ;

c. des chenilles (poilues et légionnaires) dans les régions de Kaolack, Kaffrine, Louga et Saint-Louis ;

d. des insectes floricoles dans les régions de Tambacounda, Kaffrine, Kaolack, thiès et Louga.

A cet effet, les interventions réalisées ont permis de traiter plus de 41 000 ha sur 77 000 infestés.

7. Sur le plan des résultats prévisionnels de la campagne, eu égard au bon régime pluviométrique enregistré en plus des efforts déployés par le Gouvernement pour soutenir l’agriculture, les productions attendues seraient meilleures comparées aux années antérieures. Ainsi :

a. Les productions céréalières sont estimées à 3 811 894 tonnes, soit une hausse de 38% par rapport à 2019/2020 et une hausse de 54% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Elles sont constituées essentiellement par le riz (1 451 840 T) suivis du mil (1 197 406 T), du maïs (766 791 T), du sorgho (388 979 T) et du fonio (6 878 T).

b. La production d’arachide est de 1 826 590 tonnes, soit une hausse de 29% par rapport à 2019/2020 et de 43% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;

c. La production de Niébé est de 268 197 tonnes soit une hausse de 46% par rapport à 2019/2020 et une hausse de 113% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;

d. La production de sésame est de 35 572 tonnes soit une hausse de 46 % par rapport à la campagne 2019/2020 et une hausse de 133% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;

e. La production de Manioc est de 1 352 978 tonnes soit une hausse de 31 % par rapport à 2019/2020 et une hausse de 71 % par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;

f. La production de coton est 19 000 tonnes soit une hausse de 15 % par rapport à 2019/2020 et une hausse de 9 % par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;

g. La production de pastèque est de 1 766 805 tonnes soit une hausse de 48 % par rapport à 2019/2020 et une hausse de 137% par rapport à la moyenne des 5 dernières années

h. La production horticole (hormis melon et haricot vert) est de 1 475 374 tonnes soit une baisse de 10% par rapport à 2019/2020 et une de 5,1 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

i. La production de pomme de terre est de 147 985 tonnes soit une baisse de 7 % par rapport à 2019/2020 et une hausse de 27 % par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;

j. La production d’oignon avec 412 305 tonnes est en baisse de 8% par rapport à la campagne 2019/2020 et en hausse de 1,1% par rapport à la moyenne des 5 dernières années.

8. La situation pastorale est caractérisée par des conditions d’alimentation et d’abreuvement du bétail globalement satisfaisantes. Les points d’eau sont bien remplis et les disponibilités fourragères assez importantes. L’état d’embonpoint des animaux est bon et la situation zoo-sanitaire sous contrôle en dépit des cas de pasteurellose ovine et de peste des petits ruminants enregistrés.

9. Sur les marchés, la situation est caractérisée par amélioration de l’offre des produits locaux (mil, arachide coque, maïs et niébé) au fur et à mesure que les récoltes se poursuivent. Ceci pourrait occasionner une baisse des prix des denrées alimentaires.

10. En conclusion, la mission se félicite des efforts déployés par le Gouvernement dans un contexte de crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19 et du bon déroulement de la campagne agropastorale 2020-2021 ayant permis d’espérer de bonnes productions agricoles et fourragères. Toutefois, eu égard aux constats cidessus, elle fait les recommandations suivantes :

A l’endroit du Gouvernement,

• Prendre les dispositions pour démarrer la campagne des cultures de contre saison afin de valoriser le potentiel hydrique existant ;
• Mettre en œuvre les actions de protection des ressources fourragères pour prévenir les feux de brousse ;
• Renforcer la surveillance et veille informationnelle dans le cadre de la lutte contre les oiseaux granivores au niveau des sites rizicoles ;

Avis conjoint mission GOUVERNEMENT/CILSS/FAO/PAM au Sénégal 06 novembre 2020 Page 3

• Mettre en place un système permanent d’enquête horticole pour mieux évaluer les productions ;

A l’endroit du CILSS, de la FAO, du PAM et des autres partenaires

• Appuyer le Gouvernement dans l’organisation des missions de terrain du GTP
• Assister le Gouvernement dans la mise en place d’un système permanent d’enquêtes horticole ;