Saly / Constructions irrégulières à la  »Mangrove » : Un copropriétaire défie la Dscos en…

Au Sénégal, la copropriété est régie par la loi N° 88-04 du 16 juin 1988 ainsi que par son décret d’application N° 2002-160 du 15 février 2002.
Cette loi serait-elle valable pour certains et non pour d’autres ? En tout cas, ce qui se passe à la résidence  »Village de la Mangrove » de Saly, en a tout l’air. Puisque depuis mars 2019, les 71 copropriétaires sont confrontés à l’entêtement d’un des leurs. 
 »Ces derniers temps, un copropriétaire qui fait fi de la réglementation en vigueur a eu à effectuer des constructions irrégulières sur le site. Ce qui a poussé la Dscos à intervenir et à arrêter les travaux. Mais l’intéressé en question persiste et défie cette structure de l’Etat malgré les sommations qui lui sont adressées », a dénoncé El Hadji Ndiogou Ly, copropriétaire.
Ainsi, malgré les nombreuses sommations de la Dscos, le propriétaire de la villa 1 campe sur sa décision et poursuit les travaux qu’il avait entamés et qui ont été détruits par la Dscos. En vain !
 »Nous constatons amèrement qu’il est en train de perturber la quiétude et l’harmonie qui a toujours caractérisé notre résidence. Nous avons saisi le 4 mars 2019, la Direction de surveillance et du contrôle de l’occupation du sol (Dscos) qui l’a sommé d’arrêter les travaux car causant d’énormes désagréments à ses voisins et générant aussi des problèmes environnementaux », explique El Hadji Ndiogou Ly, copropriétaire.
El Hadji Ndiogou Ly déplore :  » Si chacun d’entre nous construisait comme il veut et là où il veut, comment serait la Résidence ? Certainement invivable ! Nous sommes régis par un cadre de référence. Tout copropriétaire est soumis à un cahier des charges renfermant ses obligations et ses droits. Cette situation est grosse de dangers. Sous ce rapport, nous interpellons les autorités de la République afin qu’elles mettent fin aux agissements de cette personne. Ce pays a besoin de stabilité ».