Saint-Louis, capitale du slam, le temps d’un week-end

Des slameurs sénégalais, camerounais, comoriens, congolais et gabonais ont pris part à la première édition du Festival Slam Nomad, qui s’est tenu ce weekend à Saint-Louis (nord). Le Sénégal est représenté par des slameurs venus de Kaolack, de Foundiougne, de Dakar, de Thiès et de Dagana.

Le Festival Slam Nomad, présenté comme ‘’un espace d’expression culturelle’’, s’est ouvert samedi en présence de plusieurs musiciens.

Selon Hajar Pourmera, une responsable de son comité d’organisation, cette rencontre musicale ‘’permettra de faire connaître à la jeune génération la culture slam, qui est très riche, par sa diversité culturelle’’.

C’est également l’occasion pour eux de connaître les slameurs saint-louisiens, dit-elle.

Selon Hajar Pourmera, avant la fin du Festival Slam Nomad, un ‘’vibrant hommage’’ sera rendu au défunt pianiste Khabane Thiam, qui fut membre du comité d’organisation du Festival international de jazz de Saint-Louis.

on ‘’engagement pour la culture a toujours été remarquable’’, dit-elle du musicien décédé.

‘’Pendant le festival, les slameurs seront libres de déclamer sur n’importe quel sujet et dans toutes les langues, pour montrer leur talent artistique et la richesse de cette forme musicale, le slam’’, assure-t-elle.

Des pionniers du slam sénégalais, dont Abdourahamane Dabo dit Al Faruq, champion d’Afrique de slam en 2018, ont reçu des distinctions à l’ouverture du Festival Slam Nomad.