Saccage du tribunal de Louga : Le Sytjust interpelle l’État

Après une matinée émaillée d’incidents au tribunal de grande instance de Louga lors du procès de Oustaz Khadim Guèye et cinq autres personnes poursuivis pour pratique esclavagiste sur des enfants, les travailleurs de la Justice ont réagi. Ils s’offusquent contre le saccage du bureau du tribunal. Par ailleurs, le Sytjust demande à l’État de prendre des mesures à hauteur de l’attaque.

« C’est l’État qui a été attaqué au niveau d’une de ses institutions les plus représentatives même de la République, c’est-à-dire la Justice est même le socle de l’État de droit. Maintenant, il se pose la question de savoir quel comportement l’État doit adopter face à une telle situation. Nous attendons de l’État de la fermeté parce que nul ne peut être au-dessus de la loi dans un État de droit, à plus forte raison dans une République », a soutenu le secrétaire général du Sytjust Me Aya Boun Malick Diop sur iRadio.

Avant de poursuivre : « aujourd’hui les travailleurs de la Justice se sentent dans un État d’insécurité dès lors qu’on ne peut plus être dans des conditions de sécurité et de sérénité pour rendre la justice. Donc l’État doit tout faire pour prendre les mesures nécessaires pour susciter ce sentiment de sécurité qui doit habiter tous les acteurs de la Justice afin que la Justice puisse être rendue dans la sérénité et ma quiétude de ses agents.