Royaume-Uni : 86 migrants traversant la Manche arrêtés en une journée

Les autorités britanniques ont annoncé ce mercredi 11 septembre avoir intercepté la veille 86 migrants traversant la Manche vers l’Angleterre à bord de petites embarcations, l’un des chiffres les plus importants de ces derniers mois.

En début de matinée ce mardi 10 septembre, la police aux frontières intercepte en mer sur deux embarcations différentes 23 personnes. Elles sont emmenées à Douvres, dans le sud du Royaume-Uni. Selon un communique du ministère de l’Intérieur, elles affirment être originaires d’Iran, d’Afghanistan, du Pakistan et des Philippines.

Le même jour aux alentours de midi, 18 personnes, dont 14 affirmant venir d’Iran, trois d’Irak et une du Vietnam, connaissent le même sort, tout comme 23 migrants, originaires d’Iran et d’Éthiopie, appréhendés par un autre bateau de la police aux frontières. Les autres migrants ont été interceptés après avoir réussi à gagner les côtes britanniques.

Ce mercredi matin, les garde-côtes effectuent une opération de recherche et de sauvetage au large du Kent dans le sud du pays. Deux bateaux transportant au total près de 20 migrants sont secourus. Une personne a été transportée à l’hôpital en hélicoptère.

« Appui financier » britannique pour « juguler » les traversées

Insistant sur les dangers de telles traversées, un porte-parole du ministère de l’Intérieur a souligné qu’elles étaient organisées par des passeurs ne se souciant guère des vies humaines. « Nous travaillons étroitement à tous les niveaux avec les autorités françaises pour lutter contre cette activité dangereuse et illégale », a-t-il souligné.

Au cours d’une rencontre le 29 août dernier, les ministres britannique et français de l’Intérieur, Priti Patel et Christophe Castaner, ont évoqué la possibilité d’un « appui financier » du Royaume-Uni pour « juguler » les traversées de la Manche par des migrants, en forte augmentation depuis le début de l’année.

Depuis janvier, 1 500 migrants ont tenté de traverser la Manche, selon les autorités maritimes françaises, contre 586 en 2018. Les plus désespérés tentent de traverser à la nage le détroit large d’une trentaine de kilomètres en son point le plus étroit.