Rod Stewart, en rémission d’un cancer de la prostate qu’il gardait secret

Il a longtemps préféré gardé son mal secret. Mais après des années de combat contre la maladie, le chanteur Rod Stewart a finalement révélé samedi 14 septembre qu’on lui a diagnostiqué un cancer de la prostate mais qu’il est aujourd’hui en rémission.

Après avoir longtemps gardé le secret, il a finalement choisi de parler. Pour que son histoire puisse peu-être aider d’autres hommes. Ce samedi 14 septembre, alors qu’il se produisait à un gala de charité dans le Surrey en Angleterre, Rod Stewart a révélé qu’il avait été traité avec succès d’un cancer de la prostate après un combat de 3 ans contre la maladie rapporte CNN. La légende du rock britannique a expliqué au public qu’on lui a annoncé en juillet dernier qu’il était en rémission d’un cancer diagnostiqué en 2016 lors d’un check-up de routine.

Ce n’est pas un hasard si Rod Stewart a choisi ce jour précis pour faire sa grande révélation. Cette soirée caritative était destinée à collecter des fonds pour le « projet Prostate » de la fondation European Tour, un organisme de bienfaisance qui s’implique pour différentes causes. L’occasion pour le chanteur à la vie rock’n’roll de passer un message de prévention afin de sauver des vies. « Personne ne le sait mais j’ai pensé qu’il était temps que j’en parle à tout le monde. Mes jours ne sont aujourd’hui plus en danger mais c’est simplement parce que j’ai été diagnostiqué très tôt » a confié ce papa de huit enfants.

Rod Stewart a ensuite incité les hommes à faire examiner leur prostate régulièrement, un dépistage précoce de la maladie améliorant les chances de survie de ce cancer très répandu. »Les mecs, il faut que vous alliez chez le médecin » a lancé à l’assemblée le chanteur de 74 ans. Une message qui rappelle la récente mise en garde de Jean-Pierre Pernaut. Lui aussi atteint d’un cancer de la prostate, le présentateur du journal de 13 heures de TF1 a poussé ses fans à passer des contrôles de santé. Il faut dire que ce type de cancer est le quatrième plus diagnostiqué dans le monde selon l’OMS, avec plus de 1,3 millions de cas détectés en 2018. La bataille contre cette maladie est donc cruciale.