Rétro : Ces décès qui ont le plus marqué les Sénégalais au cours de l’année 2020.

Comme chaque année, 2020 a eu son lot de décès, les uns plus surprenants que les autres. Au Sénégal, cette année marquée d’une pierre blanche par la crise sanitaire, l’on a enregistré des décès qui seront gravés dans les mémoires. Ce sont des autorités politiques, sportives, religieuses ou même du secteur privé sénégalais. Dakaractu vous livre ici, quelques-unes de ces grosses pertes enregistrées par le Sénégal, au cours de ces 12 derniers mois.

Ces décès qui ont secoué Tivaouane, Touba, Thiénaba et Médina Baye

Les pages du calendrier de l’année 2020 continuent de s’effeuiller, entraînant avec elles d’illustres personnalités du Sénégal. Aucun secteur n’a certes été épargné par la mort, mais le monde religieux a payé le plus lourd tribut avec la disparition de plusieurs guides religieux, cette année. Nous voilà alors à la date du 4 mars 2020. Un jour ordinaire dans l’entendement de plus d’un, mais il constitue la date qui a sonné la mort de Serigne Abdourahmane Fall Tilala. Guide religieux de la communauté maure du Sénégal, celui-ci perdait la vie ce mercredi-là dans un accident de la route à hauteur de Khombole (région de Thiès). Il décédait accidentellement avec deux autres personnes dont une de ses épouses. Le véhicule qui le transportait avec ses proches s’est renversé après avoir dérapé sur l’autoroute à un kilomètre de la gare routière de Touba Toul. Au lendemain de ce drame qui a attristé la Oummah, Tilala et son épouse ont été inhumés, au Cimetière Bakhiya de Touba.

Plus de deux mois se sont écoulés et voilà que Tivaouane, la capitale du tidjanisme se réveillait dans la tristesse. Une tristesse engendrée par la disparition du porte-parole du Khalife général des Tidianes a sonné aux premières heures du jeudi 25 mai 2020 à Dakar. Partout, de Tivaouane où Serigne Pape Malick Sy repose, à Dakar où celui-ci a tiré sa révérence, la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre. Benjamin de la famille du premier Khalife de El Hadj Malick Sy en l’occurrence Seydi Khalifa Aboubacar Sy (Rta), il est décédé à l’âge de 79 ans. Il a été porté sous terre dans un mausolée du quartier Ndiandakhoum, aux côtés de Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Makhtoum, son aîné.

Et c’est Thiénéba qui a pris le triste relais. Un mois jour pour jour, après le décès de Pape Malick, le Khalife général de Thiénaba s’éteignait vers 4 heures (dans la nuit du jeudi 25 au 26 juin 2020). Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Seck était âgé de 90 ans. Il a été inhumé au cimetière de la grande mosquée de Thiénaba auprès de son frère aîné, Serigne Khar Seck dont il fut le successeur. 

Alors que les larmes des fidèles de la Oummah ne s’étaient pas encore séchées, Kaolack s’endeuillait, à son tour. Médina Baye venait de perdre son Khalife général. Cheikh Ahmed Tidiane Niass, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est rappelé à Dieu, ce dimanche 02 août 2020 à Dakar. Le défunt qui a vu le jour en mai 1932 à Kossi était le 4e Khalife de Baye Niass. Une foule immense a accompagné dans sa dernière demeure l’illustre personnalité religieuse. Des vols ont été affrétés par des fidèles pour venir marquer de leur présence l’inhumation de leur guide. Celui-ci avait aussi gagné la sympathie de beaucoup de populations du fait des actions sociales qu’il entreprenait au profit des démunis. 

C’est la communauté mouride qui sera endeuillée par le décès du Khalife de Darou Salam, ce samedi 12 septembre 2020. Serigne Mame Mor Mbacké Ibn Serigne Tacko rendait son dernier souffle, ce jour-là.

Ces ministres partis à jamais

Durant cette année de crise sanitaire, il a été également enregistré les décès de plusieurs personnalités politiques. Parmi elles, l’on peut citer celui de l’ancien ministre chargé des affaires religieuses, Mamadou Bamba Ndiaye à l’âge de 71 ans. C’était le 3 juillet 2020. Journaliste, islamologue et homme politique sénégalais, il a cassé sa plume un jour de vendredi des suites d’une courte maladie. Son inhumation a eu lieu, 24 heures après, au Cimetière Bakhiya de Yoff.  

Cheikh Sadibou Fall, l’ancien ministre de l’intérieur (2004) sous le magistère d’Abdoulaye Wade viendra allonger cette liste macabre d’acteurs politiques décédés. Ancien ambassadeur du Sénégal en Italie, il est le premier maire élu à la tête de la commune d’arrondissement de Fann, Point-E, Amitié qui était nouvellement créée. Son décès est survenu le mardi 21 juillet 2020 à Bordeaux (France), à l’âge de 69 ans. Il a été porté sous terre, 5 jours après, au cimetière de Yoff.

Tous ces décès ont marqué l’histoire, mais celui du Pr Iba Der Thiam restera dans les annales. Ce dernier est décédé le samedi 31 octobre, dans la soirée, à l’Hôpital principal de Dakar. L’homme au savoir incontestable, était à la tête du Comité de pilotage qui coordonne tous les travaux sur l’écriture de l’histoire générale du Sénégal. Il était âgé de 83 ans. Professeur agrégé d’histoire, syndicaliste, parlementaire et homme politique, il aura marqué le Sénégal et l’Afrique par ses écrits et sa contribution à la vie démocratique de son pays. Le défunt a été également ministre de l’Education nationale de 1983 à 1988 et enseignant à l’université Cheikh Anta Diop (Ucad).

Ces ‘’Lions’’ tombés après avoir hissé le drapeau national au sommet

L’ancien président de l’Olympique de Marseille a été la première personne emportée par la Covid-19, au Sénégal. Pape Diouf, puisque c’est de lui qu’il s’agit, était une autorité sportive connue du monde entier. L’annonce de sa mort a été faite partout dans le monde. Il a été inhumé au lendemain de son décès, vers 19 heures, dans la plus grande discrétion au cimetière musulman de Yoff. Hospitalisé à Dakar, il était sous assistance respiratoire et devait être rapatrié à Nice par avion sanitaire, mais son état s’est aggravé. Il est décédé le mardi 31 mars 2020. Cependant, il aura laissé une bonne réputation à la postérité. Lui qui fut journaliste sportif, agent de joueurs, puis président de l’Om et candidat à la mairie de Marseille, était réputé être un esprit éclairé, rieur, rigoureux. Mais aussi ‘’une franchise aiguisée, juste, honnête’’.

L’ancien arbitre sénégalais, Badara Mamaya Sène est décédé le lundi 22 juin à Rufisque plongeant la famille du football sénégalais dans une grande désolation en raison de la place qu’il a occupée dans le monde sportif et dans la formation des arbitres. Il avait 73 ans. Badara Mamaya Sène, ancien instructeur d’arbitres de la Caf (Coupe de la Confédération) et de la Fifa (Fédération internationale de football association), a eu à diriger le département des arbitres de la fédération locale, il a contribué au développement du football au Sénégal, en Afrique et dans le monde. 

Le monde sportif aura aussi vécu le décès de l’ancien président de la Fédération sénégalaise de basket, Abdoulaye Sèye Moreau. Lui qui fut le premier Africain à diriger la Fédération internationale de basket (Fiba) est décédé samedi 27 juin 2020 à Dakar à l’âge de 90 ans. Le défunt a été un grand basketteur de 1955 à 1965, puis arbitre international et ensuite président de Fédération nationale de 1975 à 1993, il a dirigé la Fiba de 1998 à 2002. Abdoulaye Sèye Moreau a succédé à Lamine Diack, de 2002 à 2006, à la présidence du Comité national olympique et sportif sénégalais (Cnoss) où il a eu un seul mandat.

Le décès du footballeur Pape Bouba Diop a fait ressortir en surface les souvenirs les plus agréables des Sénégalais, mais il aura plongé également les populations dans une grande tristesse. Auteur du but mémorable contre la France, lors du match d’ouverture de la Coupe du monde de 2002. Son décès a été annoncé, dimanche 29 novembre, par la Fédération sénégalaise de football. Papa Bouba Diop est mort, en France, à 42 ans des suites d’une longue maladie. Les plus hautes autorités politiques ont été à l’accueil à l’arrivée de la dépouille, le vendredi 4 décembre. Et c’est au lendemain qu’a eu lieu son inhumation sous les allures d’un deuil national, à Rufisque sa ville natale. 

Le départ aux cieux d’un capitaine

Le secteur privé, pour sa part, a connu la disparition de Mansour Kama, un de ses illustres défenseurs. Président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes), il a perdu la vie le dimanche 02 août 2020 à l’Hôpital Le Dantec, où il était hospitalisé depuis quelque temps. Le défunt a notamment été président du Conseil d’administration de la Sénégalaise des eaux (Sde). Il a assuré de 2014 à 2018 la présidence du Secteur privé pour l’Éducation en l’occurrence la Fondation du Secteur privé pour l’Éducation (Fspe). Il a aussi dirigé le collège des directeurs de la Banque régionale de marché (Brm). 

Ces plumes cassées et ces voix qui se sont tues à jamais

Le monde de la culture et de la communication a lui aussi eu sa dose de tristesse. Cela s’illustre par le décès du journaliste et comédien Alioune Badara Diagne alias Golbert. Sa mort au matin de ce vendredi 3 avril 2020 à l’hôpital régional de Saint-Louis à l’âge de 79 ans des suites d’une maladie aura sonné la disparition d’un grand monsieur. Un modèle dans son art et dans ses recommandations. Golbert qui a été au cœur de beaucoup de téléfilms tournés à Ndar, profitait de toutes les occasions pour préconiser le bien et cultiver la paix. Son décès survenu pendant la période de couvre-feu fait qu’il n’a pas eu droit à des obsèques dignes de son rang.

Des hommages à Moïse Ambroise Gomis on a eu aussi. L’ancien animateur à la Radiodiffusion Télévision Sénégalaise (RTS) s’est fait connaître depuis les années 80, grâce à ses émissions télévisées à l’image de Kaléidoscope, diffusées les samedis soirs, est décédé le vendredi 5 juin 2020 à Dakar. Il a été l’un des promoteurs de la Mode et de la beauté sénégalaise’’ à travers l’évènement ‘’Miss Sénégal’’. Il a été inhumé au lendemain de son décès à Saint-Louis.

Le journaliste Babacar Touré, lui aussi, a quitté les siens au cours de cette année. C’est exactement le 26 juillet 2020 à l’âge de 69 ans. Ex-président du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra), il est décédé un dimanche à Dakar. Il était fondateur du Groupe de presse Sud Communication, un des précurseurs de la presse privée. Surnommé ‘’BT’’ par certains de ses proches et amis, le défunt a dirigé le Cnra de 2012 à 2018, de main de maître pendant plusieurs années. Des hommages nationaux, le disparu en eu. Et pour honorer sa mémoire, le président Macky Sall a baptisé la Maison de la Presse, sise à la Médina, en son nom.   

La mort du slameur sénégalais ‘’Al Faruq’’ a aussi fait tache d’huile dans les médias et les réseaux sociaux. Abdourahmane Dabo, de son vrai nom, est décédé le 6 octobre 2020, suite à une violente crise d’asthme à Diamniadio. Sa carrière n’aura duré que 4 années. Mais ce sont 4 ans qui se sont soldés par une ascension fulgurante. L’artiste aura laissé derrière lui, plein de trophées dont la Coupe d’Afrique de Slam (2018) la Coupe d’Afrique de Slam à N’Djaména (Tchad) après avoir été sacré champion de Slam et celui du ‘’Prix du Public du Grand Slam National’’ (2018). Et c’est à Bignona, sa terre natale, où il repose désormais.

Les défenseurs de l’environnement sont aussi de ceux qui ont pleuré la mort de l’écologiste sénégalais Ousmane Sow Huchard. Une personnalité publique, lui il l’a été. Député en 2007, il a été anthropologue, muséologue, musicologue, critique d’art, conservateur de musée, consultant international et conseiller municipal de Ziguinchor depuis mars 2009. Son décès est survenu dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, à Dakar, des suites d’une longue maladie. 

Le décès de Bt n’a pas été le seul fait regrettable dans le secteur médiatique. Et la mort de la journaliste Awa Dabo (Mme Wade), une ex-membre du Comité directeur de la Convention des jeunes reporters du Sénégal (Cjrs) en est la preuve. Décédée au petit matin de ce lundi 26 octobre dernier, elle a été inhumée dans l’après-midi au Cimetière Bakhiya de Yoff. Après une dizaine d’années de pratique du métier au journal ‘’Le Populaire’’ devenu ‘’Vox Populi’’ elle a laissé derrière elle de jeunes confrères et consœurs attristés. Ces derniers et leurs aînés dans la corporation seront aussi secoués par le décès, en Espagne du journaliste Mamadou Ndiaye Doss le dimanche 22 mars 2020 des suites d’une longue maladie. Celui-ci, gravement malade, était parti en Espagne pour des soins. Ancien journaliste du groupe de presse Walf Fadjri, il travaillait pour le compte du groupe D-Médias, au moment de son décès.

La musique a elle aussi eu sa triste note cette année si particulière, au Sénégal. Et ce, avec le décès de Balla Sidibé, chanteur, percussionniste et cofondateur du mythique Orchestra Baobab, le mercredi 29 juillet à Thiaroye dans la banlieue de Dakar. Il avait 78 ans…