Réponse du berger à la bergère : Khalifa Sall défie la « dictature »

De bonne guerre…

« Je vais accorder la grâce à Khalifa Sall dès que j’en aurai la volonté et l’envie », disait le Président Macky Sall au sujet de la grâce que tout le monde attendait pour l’ancien maire de Dakar, à la veille de la Tabaski. Le leader de la coalition « Taxawou Dakar » a attendu la commémoration de son 900 ème jour passé à la prison de Rebeuss pour lui rétorquer qu’ »il est illusoire de m’empêcher d’avoir une ambition pour le Sénégal ».

Non à tout p

rotocole

Les socialistes pro Khalifa Sall ont en tout cas réitéré leur détermination à mener le combat jusqu’au bout, contre ce qu’ils ont qualifié de « dictature ». Depuis son incarcération, suite à un mandat de dépôt que lui a décerné le juge, dans la gestion de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar, l’ancien édile de la capitale continue de réfuter toute compromission venant de proches du président de la République. Tout comme pour quelque protocole portant sur sa probable libération, encore moins une grâce tacitement sollicitée de sa part.

Moralité politique

Alliant sa foi à une dignité reconnue, Khalifa Sall continue de galvaniser ses troupes entre les quatre murs de sa cellule de Rebeuss, et assure que nul ne peut l’arrêter. Et sa bonne dose de moralité rappelle que « le Sénégal est plus grand que nos destins individuels, plus grand que nos vanités puériles ». Un appel à l’apaisement des ardeurs dans l’espace politique qui, malheureusement, risque encore de tomber dans l’oreille d’un sourd qui prend toujours les partisans de l’autre camp comme des ennemis.