Religion – Abbé Jacque Seck : « Nous ne devons pas accepter qu’un … »

Le Sénégal est l’un des pays les plus attachés à ses croyances divines, qui lui permet de résister aux influences obscènes. Et autres pouvoirs occultes contraires à nos réalités culturelles et religieuses.

Dans ce contexte, Abbé Jacque Seck est revenu sur le dialogue Islamo- chrétien, qu’il qualifie de levier principal pour pouvoir cultiver un climat social apaisé et durable au Sénégal et dans là sous – région.
L’homme d’Eglise parle des tensions actuelles autour du pétrole et du gaz, des relations tendues entre pouvoir et opposition, ainsi que les dangers qui guettent le Sénégal. « C’est pourquoi nous ne nous devons pas accepterqu’un étranger nous divise », a-t-il déclaré.
Selon toujours Abbé Jacque Seck, les chefs religieux ont déjà joué leur rôle pour que la paix puisse régner éternellement au Sénégal.
De Tivavoune à Touba, en passant par Yoff, Ndiassane, Popenguine…, les cités religieuses et les guides spirituels prient beaucoup pour que Dieu facilite la tâche à ceux qui nous gouvernent.