Réhabilitation des aéroports régionaux : un programme de 100 milliards lancé

0

Faire du Sénégal « le principal hub aérien » de l’Afrique de l’Ouest est l’ambition du Chef de l’Etat. Macky Sall a lancé, ce vendredi 21 décembre 2018 à Saint-Louis, le Programme de réhabilitation des aéroports régionaux du Sénégal (Pras) lors d’une cérémonie officielle qui, fut aussi l’occasion de poser la première pierre des travaux de reconstruction de l’aéroport de Saint-Louis. Le ministre des Transports aériens, Maïmouna Ndoye Seck, maîtresse d’oeuvre, a compté sur la présence de ses collègues de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane, et de l’Hydraulique Mansour Faye, par ailleurs maire de la ville de Saint-Louis.

Cinq aéroports pour 98 milliards Cfa

Il s’agit ici d’un important programme de « reconstruction complète » des aéroports concernés par le premier volet : Saint-Louis, Ourossogui/Matam, Tambacounda, Kédougou et Ziguinchor. Le coût global est de 98 milliards 979 millions de francs Cfa, dont 23 milliards pour uniquement celui de la vieille ville.

Les travaux consistent à réaliser une piste, des bandes de piste, un mur de clôture, une tour de contrôle, un bloc technique, une station météorologique, des équipements de navigation aérienne, un balisage, une aérogare passagers, un hangar de stockage des équipements et des véhicules, un bâtiment anti-incendie et enfin, des cuves à kérosène et la mise à disposition de camions citernes pour l’approvisionnement des avions.

Et selon le Chef de l’Etat, le démarrage de ce programme de reconstruction d’infrastructures aéroportuaires juste après le lancement de la deuxième phase du Plan Sénégal émergent (Pse) sur la période 2019-2023, est «tout un symbole».

Malgré les efforts importants déployés jusqu’ici, le président Sall estime que le Sénégal doit « aller de l’avant et combler son déficit » en matière d’infrastructures dédiées au trafic aérien interne. Lequel pour lui, « reste à ce jour le maillon faible de notre système de transport ». Il signale que sur la dizaine d’aéroports et aérodromes que compte le pays, « la plupart se trouve dans un état de dégradation avancée. Et aucun investissement n’y ayant été fait depuis plusieurs décennies ».

Le président d’ajouter : « un pays qui se veut émergent doit prendre de la hauteur en faisant du trafic aérien un moyen de transport au quotidien et à un coup abordable ».

«Un moyen de développer toutes les potentialités du pays»

Macky Sall précise que la reconstruction et la mise aux normes internationales des aéroports régionaux du Sénégal «ne répondent pas seulement aux soucis du transport rapide », c’est aussi un moyen de développer « toutes les potentialités minières, halieutiques et agricoles de nos terroirs, de dynamiser le tourisme et de faciliter la mobilité pour les activités liées à l’enseignement supérieur et aux soins de santé ».

C’est pourquoi, le président a fixé, comme échéance, la fin 2020, au plus tard, pour la livraison des aéroports de Saint-Louis et d’Ourossogui/Matam. Pour les autres, ce sera en 2023. Pour y arriver, Macky Sall a invité l’entreprise Tchèque Transcon, chargée des travaux, « à faire preuve de diligence dans le montage du projet et à garder le même élan en rapport avec les entreprises locales sous-traitantes dans l’exécution des travaux, pour une livraison aux échéances convenues ».

Il tient aussi à ce que toutes les entreprises engagées dans ces travaux répondent aux mêmes normes.

Les autres aéroports et aérodromes sont aussi concernés

Ce programme porte également sur la sécurisation et la mise à niveau des autres aéroports et aérodromes du pays, notamment ceux de Cap-Skiring, Kolda, Sédhiou, Linguère, Podor et Kaolack. Et le Chef de l’Etat révèle avoir pioché sur le budget consolidé d’investissement de 2019 les crédits nécessaires pour réaliser les études d’évaluation précédant les travaux.

Laisser un commentaire