Régulation Marchés publics :  »L’Armp ne fait et ne fera jamais dans l’arbitraire » (Saer Niang)

Au cours d’un atelier qui s’est ouvert, ce matin à Somone, le directeur général de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (Armp), Saer Niang, a insisté sur le fait que l’institution qu’il dirige ne fera jamais dans l’arbitraire.
 »Nous ne rendrons jamais une décision qui est basée sur de l’arbitraire où on peut dire que sur tel élément du dossier l’Armp est passée à côté. Depuis onze ans, nos décisions tiennent la route. On peut les contester. On peut même dire tout ce que l’on veut sur nos décisions mais nous les rendrons toujours public. Toutes nos décisions sont publiées sur le site de l’Armp. Le monde entier peut le regarder et nous sommes prêts aussi à discuter sur nos décisions, elles sont fondées », indique M. Niang. 
Mieux, Le Dg de l’autorité de régulation assure :  »Quand nous disons que telle décision ou tel n’a pas raison, c’est parce que nous pouvons techniquement prouver et démontrer que tel n’a pas raison ».
Interpellé sur l’affaire Sde-Suez, Saer Niang estime que c’est un dossier complexe.
 »Mais c’est un dossier complexe. Un dossier sur lequel, il faut savoir raison garder. C’est encore en contentieux et c’est sur la table de la Cour Suprême. Je ne peux pas m’avancer sur ce dossier là outre mesure parce qu’il ne s’agit pas d’influencer qui que ce soit. Il s’agit d’être respectueux des textes. Le dossier est arrivé chez nous. Nous l’avons regardé, nous l’avons examiné », dit-il.
Cependant, il a apporté un certain nombre de précisions sur cette affaire.
 »Un prix, c’est un chiffre. Mais un coût, c’est une structure de prix. C’est une structure qui est là ! C’est vrai que le prix qui est annoncé par la Sde est moins élevé que celui annoncé et affiché par Suez. Mais dans le calcul du ministère tel que nous, nous l’avons vu, les coûts ne sont pas les mêmes ».
Il rajoute : ‘Le coût de Suez n’est pas plus élevé. On a souvent cru que le prix qui est avancé, c’est le prix que paye le citoyen sénégalais. Il ne s’agit pas de ça. C’est le prix exploitant. C’est-à-dire le prix auquel, l’opérateur va être rémunéré. Cela n’a rien à voir avec ce que va payer le client final. C’est vrai que le prix de rémunération de l’exploitant a une incidence dans le calcul de combien le client final va payer ».