RECOURS PRÉ-ÉLECTORALLE CONSEIL CONSTITUTIONNEL SE PRONONCE AUJOURD’HUI… BENNO, YEWWI ET GUEUM SA BOP RETIENNENT LEUR SOUFFLE…

128
Single Post


Single Post
RECOURS PRÉ-ÉLECTORAL : LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL SE PRONONCE AUJOURD’HUI… BENNO, YEWWI ET GUEUM SA BOP RETIENNENT LEUR SOUFFLE…
Jour de vérité pour les coalitions Benno Bokk Yakaar, Yewwi Askan Wi et Gueum Sa Bop. En effet, c’est ce samedi 21 mai que le Conseil constitutionnel va donner sa décision concernant les quatre recours dont il a été saisi. 

D’après Sud Quotidien, il s’agit de deux portant sur l’irrecevabilité de toutes les listes de la coalition majoritaire au pouvoir, Benno Bokk Yakaar, pour dépassement du nombre de parrains lors du dépôt des listes.

Les deux autres visent l’annulation des décisions de rejet de la liste départementale de Yewwi Askan Wi à Dakar et l’invalidation de la liste de parrainage de Gueum Sa Bop prononcées par la Direction générale des élections (DGE).

Ces recours ont été introduits par Déthié Fall, mandataire national de la coalition Yewwi Askan wi et Bougane Guèye Dany de la coalition Gueum Sa Bop le mercredi 18 mai dernier.

Et, selon les dispositions de l’article LO 184 du Code électoral (dernière version 2021), le Conseil constitutionnel est tenu de «statuer dans les trois (03) jours qui suivent celui de l’enregistrement de la requête» au niveau de son greffe.

Pour rappel, la liste départementale de la coalition Yewwi Askan Wi à Dakar a été invalidée pour non-respect de la Loi sur la parité.

En effet, sur les sept (07) sièges à pourvoir dans le département de Dakar, la coalition Yewwi Askan Wi a déposé, dans la nuit du dimanche 8 au lundi 9 mai, une liste de cinq hommes et deux femmes.

Quand, ils ont voulu rectifier le tir, la Commission de réception des dossiers de candidatures s’est déclarée incompétente à recevoir les dossiers de modification des candidats apportés par Dethiè Fall.

Ce dernier avait pointé du doigt son camarade Saliou Sarr comme étant le responsable de cette impair dans la liste pour avoir procédé à des derniers changements sur recommandation des agents de la Direction générale des élections.

De son côté, le leader de Gueum Sa Bop, Bougane Guèye Dany, a qualifié de « fallacieuse » la décision de la DGE qui a rejeté les 36 000 parrains de sa coalition, tout en accusant le chef de l’État comme le seul responsable de ce «complot et la fraude électorale ourdie contre sa formation».

Face à la montée de la tension politique générée par ces rejets de dossiers de candidatures, des organisations de la société civile regroupées autour du COSCE et de la PACTE sont montées au créneau pour appeler les acteurs au calme.

Soulignant, dans une déclaration rendue publique le 11 mai dernier, avoir constaté que « les rejets définitifs pour autres motifs, qui ne laissent aucune possibilité de régularisation, sont à la base de l’élimination éventuelle d’un nombre important de listes de candidatures », elles ont plaidé pour le renforcement du climat de confiance et de transparence ayant prévalu jusque-là.

Prenant position dans ce débat autour de l’irrecevabilité de la liste de la coalition Benno Bokk Yakaar pour dépassement du nombre de parrainages et du refus de la DGE de permettre aux responsables de Yewwi Askan Wi d’apporter des modifications à leur liste non paritaire à Dakar, le Pr Mouhamadou Ngouda Mboup a indiqué que «la DGE ne peut pas interpréter la loi à sa guise».

Citant la jurisprudence Malick Gackou, l’enseignant–chercheur en Droit public à l’UCAD a indiqué que «le dépassement à lui seul suffit pour invalider toutes les listes de Benno Bokk Yakaar, aussi bien au niveau national que dans la diaspora».

Poursuivant son propos, Mboup a également rappelé qu’«en matière électorale, toute restriction doit se fonder sur un texte».

«Les cas de désistement et/ou de retrait avant l’examen des dossiers de candidatures aux élections législatives n’ont pas été prévus par le Code électoral, contrairement à la Constitution qui prévoit de telles situations pour l’élection présidentielle», avait-il ajouté.

Dans une contribution publiée le 16 mai, l’expert électoral Ndiaga Sylla, par ailleurs Directeur général du Cabinet d’expertise électorale (Ceelect), avait estimé que la demande de régularisation de la liste départementale de Dakar de Yewwi par le retrait dûment notifié au ministre de l’Intérieur «était bel et bien recevable».

En effet, selon lui, «la loi n°2021?35 du 23 juillet 2021 portant Code électoral a omis la disposition relative à l’interdiction du retrait et de la substitution de candidat aux élections législatives au regard de l’article L.177»



Source link