Récépissés aux associations gordjiguènes : Jamra persiste et brandit ses preuves

124

Jamra, avec l’amère expérience de la publication d’une partie de la liste des francs-maçons sénégalais, il y a de cela des années, demande à ceux réclament à cors et à cris qu’elle rende publique la liste des “gordjiguénes”, appartenant aux 16 associations d’homosexuels et de lesbiennes légalement reconnues par l’État du Sénégal, de se contenter de l’échantillon desdites associations LGBT sénégalaises, qu’il avait remis, le 13 novembre 2019, au ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye.

Irresponsabilité…

Selon le vice-président de l’Ong, Jamra ne fera pas preuve d’autant d’irresponsabilité en révélant certains détails, comme leurs noms, prénoms, siège social, etc., au risque de reproduire la tragédie récemment notée dans un pays ouest-africain. “Où, c’est connu de tous, des expéditions punitives anti-g**s furent organisées par des “justiciers populaires”. Des homosexuels subirent, en pleine rue, le fameux châtiment, qualifié par la presse locale, de “supplice du collier”. Consistant à enfiler de vieux pneus au niveau des reins et du cou de l’homosexuel, avant d’y mettre le feu. Lors de ces spectaculaires scènes de lynchages collectifs, plusieurs homosexuels. Mais également des innocents (non-homosexuels), probablement victimes de règlements de compte extra-judiciaires, à la faveur de cette confusion macabre”.

Pression…

D’après Mame Mactar Guèye, les responsables de l’Ong locale qui s’étaient risqués à révéler les coordonnées, noms, prénoms, adresses, des homosexuels l’ont payé cher. Ils se sont tous retrouvés en p****n. Et tous ceux qui avaient auparavant fait pression sur eux, les poussant à publier la liste des homosexuels, ont tous “courageusement” pris la fuite, abandonnant ainsi ces vaillants défenseurs des bonnes mœurs, patriotes de bonne foi, à leur propre sort.

Petit échantillon…

Par conséquent, pour M. Guèye, Jamra se limitera (provisoirement) à livrer le petit échantillon ci-après, remis au ministre de l’Intérieur, pour dénoncer les récépissés que l’État avait délivrés aux associations d’homosexuels et de lesbiennes. Jamra y a volontairement soustrait les détails compromettants, susceptibles de nous mettre en porte-à-faux avec la Loi, pour “incitation au m*****e” :
– AIDES-SÉNÉGAL, enregistrée sous le numéro de récépissé, délivré par le Ministère de l’Intérieur, 15444/MINT/DAGAT/DEL/AS. Elle est la plus active des associations LGBT sénégalaises, avec ses 635 membres. Leur Président, Djadji Diouf, est également porte-parole du réseau AFRICA-G*Y.
– PRUDENCE, enregistrée sous le numéro de récépissé, délivré par le Ministère de l’Intérieur, 12345/MINT/DAGAT/DEL/AS.
– ESPOIR HOPE, enregistrée sous le numéro de récépissé, délivré par le Ministère de l’Intérieur, 15420/MINT/DAGAT/DEL/AS, Etc…