Rappel à Dieu de Mor Fadam : Ngagne Diagne regrette un homme “correct et pieux”

L’ancienne gloire de la lutte sénégalaise a rendu l’âme ce mardi après midi. Une disparition qui jette la tristesse dans le monde de la lutte. Le chroniqueur sportif Ngagne Diagne, joint par la rédaction de Senegal7, se rappelle d’un champion discipliné et pieux.

Le chroniqueur sportif Ngagne Diagne ne tarit pas d’éloges sur le disparu, selon lui, Mor Fadam est “l’un des meilleurs lutteurs de sa génération“. Mor Wade, de son vrai nom, a vu le jour dans la région de Louga plus précisément dans le village de Fadam d’où son nom de lutteur. Il débarque à Dakar dans les années 77-78. “Ses premiers pas dans la lutte furent encadrés par Baye Yéri Diakhaté puis Sow Biram. Le champion va finalement atterrir à l’écurie Mermoz où il sera le chef de file sous l’aile protectrice de Kamal Salamé“, se remémore Ngagne Diagne. Ce dernier rappelle également la polyvalence de Mor Fadam “qui s’est essayé au judo, à la boxe et à la lutte gréco-romaine, avec cette discipline, le disparu a réussi à décrocher un titre de champion d’Afrique“. Ce sportif complet a ainsi défendu les couleurs nationales dans diverses compétitions et porté haut la bannière tricolore.
Au-delà du sportif, l’homme était un exemple par son comportement selon Ngagne Diagne, “il était généreux et pieux” rappelle-t-il. “Sans doute l’un des lutteurs les plus disciplinés de sa génération“, déclare le spécialiste.