Querelle avec Decroix : MLD le traite de « Général auto proclamé » et rajoute une couche sur les chiffres du dialogue

Alors que Mamadou Diop Decroix avait apporté une réponse à la question économique de la semaine de Mamadou Lamine Diallo indiquant que l’époque « des héros du clavier et de la souris » était révolu, et que ce dernier devrait descendre sur le terrain à l’instar des Guy Marius, le député Mamadou Lamine Diallo de descendre en flammes l’ancien ministre du commerce sous Wade. Le comparant à un dictateur Allemand.
« Aymerou Gningue, le patron de BBY à l’Assemblée Nationale, après avoir remercié Moustapha Niasse qui prétend que le gaz naturel sous terre n’a pas de prix (Sic), m’a dit : fermez-là. Avant lui, c’est le député Seydou Diouf qui m’avait traité de grande gueule en commission des finances pour secourir Amadou Ba. Jamais deux sans trois. C’est au tour de Mamadou Diop Decroix de me demander d’aller remplacer Guy en prison et de me taire, sans doute définitivement. Ils disent tout haut ce que murmurent les tenants du régime FayeSall. J’ai bien décodé votre signal, Herr Decroix. On nous tue, on ne nous déshonore pas. Evidemment Tekki a accru sa vigilance depuis l’assassinat honteux de son premier coordonnateur Moussa Ndiaye et les multiples agressions que nous avons subies, à la lumière des enseignements de nos illustres devanciers. Le combat pour la gouvernance démocratique du Sénégal se poursuit », dira-t-il.
Sur le dialogue national qui devra durer trois mois, le député d’en rajouter une couche indiquant dans le budget 2020, les fonds politiques du Président Macky Sall augmentent de 856 296 000 francs. La précision de ce chiffre dira-t-il, renvoie à une activité programmée.
« C’est le dialogue national, sinon que Macky Sall nous donne le coût de son dialogue et son mode de financement. Et 856 millions pour trois mois hors jours fériés, c’est bien en moyenne 10 millions par jour pour les paresseux ou alors en moyenne 10 millions par personnalité sélectionnée par Macky dans le Comité de pilotage. Evidemment, les per diem et autres remboursements de transport des 80 sélectionnés, l’aménagement des bureaux du Président Famara ne couvrent pas ce montant », peut on lire sur le document. « Je doute que Famara, le Président Honoraire du Conseil économique et social, travaille gratuitement, alors que les présidents des institutions politiques disposent de fonds politiques considérables de plusieurs dizaines de millions par mois. C’est clair, Macky Sall a pris ses dispositions pour obtenir ce qu’il appelle les consensus forts. Que sa cinquième colonne vocifère dans des invectives ou autres calomnies me laisse pantois et nous conforte dans la vigilance observée dans le FRN. Un membre s’est dévoilé, comme Macky Sall aime le chiffre 5, il en reste sans doute quatre ».