« Quand Maître Alioune Badara Cisse m’a serré dans ses bras… »

« Cette vidéo que je viens de découvrir véhiculant des propos que j’avais du mal à bien entendre de là où j’étais me conforte sur la constance dans ce type de drame. Perdre son enfant est la pire des choses qui peut arriver à un parent », écrit Thierno Bocoum dans un message transmis à la presse, reprenant les parole du Médiateur de la République, Alioune Badara Cissé, qui a perdu son fils, tué aux Etats-Unis.

« Quand Maître Alioune Badara Cisse m’a serré dans ses bras, j’ai surpris une larme s’échapper de mes yeux pour se précipiter dans le sillon creux de mes joues. A peine sorti de ses étreintes, je me suis éloigné comme pour ne pas être contaminé. J’ai pressé le pas. Je ne me suis pas retourné. J’ai fui une douleur que j’ai connu et qui m’a semblé habiter son corps. Les signes ne trompent pas. Une souffrance silencieuse que le sourire et l’amabilité ne pourront jamais cacher à ceux qui savent. Perdre son enfant te met au summum des souffrances », témoigne l’ancien député.

« Qu’Allah lui accorde la force de supporter les multiples souffrances et de soulager sa famille. Que le Seigneur accueille Abdoulaye Néné Cissé dans son paradis céleste », prie-t-il.

« La vie est ainsi faite. Elle doit être affrontée telle qu’elle. Nous n’en sommes pas les dessinateurs », conclut-il.