[Profil] Cheikh Sarr : ‘’Monsieur insatisfait’’

Senegal's coach Cheikh Sarr gestures during the World basketball championships group B match Croatia vs Senegal at the Palacio Municipal de Deportes in Sevilla on September 1, 2014. AFP PHOTO/ CRISTINA QUICLER (Photo credit should read CRISTINA QUICLER/AFP/Getty Images)


Après avoir inscrit son nom dans l’histoire du basket sénégalais, en coupe du monde masculine et féminine, Cheikh Sarr a un nouveau défi : remporter l’Afrobasket féminin. Connu pour ses décisions controversées, il a toujours su tirer son épingle du jeu.

A première vue, Cheikh Sarr ressemble à un dauphin. Doux, calme, inoffensif. Mais il suffit de le voir se déployer pour se convaincre du contraire. Âgé d’une cinquantaine d’années, le coach des Lionnes du Sénégal peut facilement tromper son monde.

Coupe de cheveux afro à l’ancienne, visage jovial, il donne l’impression d’une personne d’un commerce facile. Détrompez-vous ! Cheikh Sarr est une tête de mule. Il est décrit comme une personne à forte personnalité, un perfectionniste sûr de lui avec un franc-parler qui n’est pas toujours du goût de tout le monde.

Baban Tandian, ancien président de la Fédération sénégalaise de basket, témoigne : ‘’Je l’ai vu coacher derrière Alain Weisz (ancien sélectionneur des Lions) et il était loin d’être effacé. S’il avait son idée à donner par rapport au coaching ou au match, en fonction de ce qui se passait sur le terrain, il n’hésitait pas à le faire.’’

Et les décisions de coach Cheikh, personne ne les transgresse dans l’impunité. Pape Djibril et Mohammed Faye en savent quelque chose. Le premier a été exclu du groupe, lors de la coupe du monde 2014 et Faye à l’Afrobasket 2015. ‘’Cheikh ne travaille qu’avec des gens à qui il accorde sa confiance. Même si tu as toutes les qualités techniques, s’il n’a pas confiance en toi, il ne chemine pas avec toi’’, renseigne Mohammed Diop qui a été aux ordres de Cheikh Sarr en équipe nationale et à l’Université Gaston Berger.  

Décisions surprenantes

En 2017, alors à la tête de l’équipe nationale féminine, Cheikh Sarr avait aussi fait parler de lui, dès son arrivée, en prenant une décision surprenante : il éjecte du groupe Aya Traoré, capitaine et vedette de l’équipe à l’époque. Comme pour marquer son territoire, il lance la réplique : ‘’Je suis un nouvel entraîneur qui veut orienter mon propre leadership vers ma propre vision. Pour cela, il faut un nouveau capitanat.’’

Le temps lui avait donné raison, car il avait réussi à mettre sur place une équipe compétitive lors de la coupe du monde 2018. Il réussit à remporter une victoire historique en matches poule et passe à deux doigts de qualifier le Sénégal en quarts de finale.

Pour l’Afrobasket 2019, c’est Oumoul Khaïry Thiam qui a été victime des choix de Cheikh Sarr. Il a préféré de jeunes joueuses comme Léna Niang à l’ancienne pensionnaire de Saint-Louis basket club (Slbc).

Victoire historique à la coupe du monde

En 2014, Cheikh Sarr avait aussi réussi à qualifier l’équipe masculine pour la première fois, en huitième de finale de la coupe monde de basket en Espagne. Pourtant, deux ans plutôt, Cheikh n’était pas connu du grand public. Et personne ne croyait à de telles performances pour un coach local, surgi de l’ombre, pour imposer sa poigne sur des joueurs de calibre de Gorgui Sy Dieng, Mohammed Faye et entre autres.

 ‘’Les supporters qui étaient en Espagne avaient seulement pris le billet pour le match de premier tour. Même les dirigeants de la fédération avaient pris un billet uniquement pour le premier tour parce qu’ils ne croyaient pas à la qualification des Lions en huitièmes de finale’’, se souvient Baba Tandian.

Cheikh Sarr a débuté sur le banc des Lions en tant qu’adjoint du Français Alain Weisz. Mais sa position de numéro 2 ne l’empêchait pas de donner ses idées quand il le fallait. Le départ de Weisz lui a permis de s’installer aux commandes. Tandian se rappelle : ‘’Le jour où j’ai eu quelques soucis avec Alain Weisz qui avait refusé de s’asseoir sur le banc parce que le ministère des Sports lui devait de l’argent, explique t-il, j’ai commencé à regarder le banc et à regarder Cheikh Sarr et comment il se comportait avec les joueurs. Immédiatement j’ai su que j’ai trouvé mon entraîneur.’’

2012, la consécration

La consécration a lieu en 2012. Cheikh Sarr  est nommé coach des Lions. Il réussit à monter sur le podium lors de l’Afrobasket 2013, ce qui permet au Sénégal de se qualifier à la coupe du monde 2014. Mais son aventure avec les Lions prend fin, en 2015, après un échec en demi-finale de l’Afrobasket. Deux ans plus tard, il rebondit sur le banc des Lionnes, suite à la démission de Moustapha Gaye.  

Enseignent-chercheur à l’Université Gaston Berger, Cheikh Sarr a fait ses preuves dans le championnat avec le club universitaire. Avec des joueurs comme Vieux Ndoye et Mohammed Diop, il s’impose dans le champion local. Il remporte à trois reprises de la coupe du Sénégal, en plus de deux titres de champion. Ses performances lui ont permis d’être sacré, à deux reprises, meilleur entraîneur du Sénégal. Il a aussi réussi de bonnes performances avec l’Us Gorée.

Ce technicien, qui est décrit comme un homme social et taquin, a pu imposer le sérieux et la rigueur partout où il est passé. Certains de ses anciens joueurs le surnomment même ‘’monsieur insatisfait’’. Les Lionnes sont donc averties : elles n’ont qu’un seul moyen de faire sourire leur coach : remporter leur 12e trophée continental devant leur public sénégalais, le soir du 18 août prochain, à Dakar Aréna.