Présidence CAF : Patrice Motsepe la méthode « soft » en bandoulière, la SAFA en bouclier…

Le président de la Commission de révision de la FIFA, Mukul Mudgaal, a également béni le dossier de Patrice Motsepe ce mardi, après un contrôle rigoureusement effectué. Le milliardaire sud-africain, (appellation qui lui colle à la peau) constitue à n’en pas douter, une force sûre dans ce duel à distance pour présider la CAF après l’ère du malgache Ahmad Ahmad.

Malgré son profil reluisant, le patron du Mamelodi Sundowns football club semble avoir opté pour une stratégie que l’on pourrait qualifier de « Soft. » Assez peu en vue sur la scène médiatique dans le cadre de cette campagne, l’homme d’affaires Sud-Africain n’en n’est pas moins actif s’agissant des tractions souterraines pour rallier le maximum de personnes à sa cause.

Dans le cadre de sa campagne de lobbying, Patrice Motsepe se serait déjà rendu deux fois en Égypte, au Qatar et a rencontré de nombreux hauts responsables du football africain. Il aurait également déjeuné avec des membres du comité exécutif de la CAF au Caire selon des informations recueillies. En plus de visites en Afrique de l’Ouest tels que le Nigeria, le Ghana, le Togo, le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée-Conakry, et le Cameroun…

Selon le président  de la fédération sud-africaine de football, Danny Jordaan, « Motsepe, bien qu’il n’ait pas encore parlé publiquement de son désir de devenir président de la CAF, est en campagne », annonçait le président de la SAFA sur soccerladuma.

Pour s’en convaincre, le site Kickoff lu à Dakaractu, avait relayé la position de la South African Football Association (SAFA) suite à la validation partielle de la candidature de Motsepe. S’érigeant en bouclier, la SAFA avait alors fortement déploré ce qu’ils ont qualifié de « sales tactiques. »

«Nous les combattrons s’ils proposent des tactiques sales. Pourquoi seulement ces deux (Motsepe et Yahya)? Pourquoi les deux autres ne sont-ils pas soumis à ces tests supplémentaires ? Il est surprenant que pour la première fois que nous ayons un candidat de la région Sud, il y a des contrôles supplémentaires par le comité d’éthique de la CAF », avait déclaré un responsable de la SAFA.