Présence d’un seul Chef d’État au forum de Dakar : Une option prise par le Sénégal (ministre)

«Une option a été prise de faire de ce forum de Dakar une instance où on discute en toute liberté. On n’a pas engagé, cette année, d’actions diplomatiques pour inviter des Chefs d’État. L’option a été prise d’avoir un seul Chef d’État comme invité d’honneur. Lui permettre de s’exprimer et de laisser la place aux experts. Et vous avez dû constater vous-mêmes que les débats ont été libres». C’est ce qu’a répondu le ministre des Affaires Étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Amadou Ba, après avoir été interpellé sur la présence d’un seul Chef d’État étranger à ce forum de Dakar.

Il faisait face à la presse avec ses collègues, à savoir : le ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération du Mali, Tiébilé Dramé, le ministre de la Défense de la République du Niger, Issouffou Katambé, la ministre de la Défense de la Centrafrique, Marie Noëlle Koraya, la Secrétaire générale adjointe pour le maintien de la paix des Nations Unies, Bintou Keïta, le ministre des Affaires Étrangères, de la Coopération et des Congolais de l’extérieur du Congo, Jean-Claude Gakosso, le président de la commission scientifique dudit forum, le Général de brigade Amadou Anta Guèye, entre autres. Ce, pour partager et répondre aux questions des journalistes nationaux et internationaux qui ont pris part à la rencontre.

«Une instance informelle qui ne prend pas de décision»

L’organisateur de l’édition de cette année ajoute que le Sénégal n’a pas de «problème particulier pour mobiliser» les Chefs d’État autour des questions de développement ou des questions de sécurité». Pour lui, l’idée aujourd’hui, c’est de voir l’ensemble des actes et réflexions pour «aller plus loin»

«Nous irons plus loin parce que, nous allons aider des chercheurs à approfondir certaines questions», dit-il.

De l’avis du ministre Amadou Ba, ce forum est une «instance informelle, qui ne prend pas de décisions, où on réfléchit librement». Et d’ailleurs, dit-il, «c’est ce qui nous a fait évoluer vers un forum avec très peu de Chefs d’État, pour que l’on puisse discuter, voir d’abord en tant que ministre comment mettre en œuvre les orientations que nous recevons d’une part mais aussi, permettre aux experts, dans la mise en œuvre de ces orientations, qu’on essaye de définir ensemble la meilleure stratégie».