Pourquoi les cheveux tombent davantage à l’automne ?

C’est un fait : vous perdez plus de cheveux lorsque le soleil se cache. Est-ce dû au stress généré par le contexte sanitaire ou par la saison ? Pas vraiment. Explications avec deux experts.

Tous les ans, au sortir de l’été, c’est la même chose. Ils sont là, dans la brosse, au fond de la baignoire ou sur l’oreiller. Eux, ce sont vos cheveux, et une légère panique s’empare de vous au moment de constater ces chutes automnales. Pourtant, rassurez-vous : elles sont tout à fait normales. Les médecins Pierre Bouhanna et Jean-Michel Briançon, tous deux spécialistes du cuir chevelu, vous expliquent pourquoi.
Une histoire d’hormones et de vitamine D

L’effusion. Voilà le problème selon Jean-Michel Briançon. Mais ne voyez pas derrière ce mot une « manifestation sincère et vive d’un sentiment », comme le suggère le Larousse : « L’été, le soleil fait monter les taux de vitamine D dans l’organisme. Lorsqu’on sort donc de l’été, la chute de vitamine D s’accompagne d’une chute de cheveux. C’est ça, l’effusion d’automne », explique le médecin lyonnais, avant de préciser qu’il existe aussi « une effusion de grossesse, par exemple. L’idée, c’est que le cheveu passe trop vite en phase d’élimination. »

Sommes-nous tous égaux face à ce phénomène ? Pas vraiment, si l’on en croit le dermatologue parisien Pierre Bouhanna : « Il y a ce qu’on appelle, techniquement, des susceptibilités individuelles aux variations des réceptivités hormonales provoquées par le changement de saison, détaille-t-il. Tout le monde ne perd pas forcément plus de cheveux, mais disons que la chute est un phénomène courant. »
Comment faire pour freiner cette chute ?

En vous comportant comme des bébés. Enfin, uniquement sur le plan médical : « Tout le monde manque de vitamine D, en France », explique Jean-Louis Briançons. « Alors, en septembre/octobre, j’en prescris toujours à mes patients sous forme d’UV-dose, comme celles que l’on donne aux nourrissons. »

Si ce traitement ne vous fera pas de mal, il peut toutefois s’avérer insuffisant selon Pierre Bouhanna. Surtout si une chute très importante vous inquiète : « Il faut commencer par faire un diagnostic pour voir s’il n’y a pas une autre chute de cheveux associée, et faire éventuellement un bilan sanguin et une exploration par trichoscopie (des photos de votre cuir chevelu, ndlr.) », préconise-t-il. Et s’il s’agit effectivement d’une banale chute saisonnière, vous pourrez alors vous tourner vers des cures de vitamines, sous forme d’ampoules ou de compléments alimentaires.

Lire aussi :

Les aliments riches en vitamine D
7 astuces pour booster sa forme en automne
Non, on ne peut pas attraper froid
Peut-on booster notre système immunitaire ?

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes