Pourquoi le traçage à la japonaise est-il efficace contre le Covid-19 ?

En Asie, le traçage inversé permet de remonter aux sources de la contamination. Une stratégie différente de celle mise en place en France.

On commence à connaître la chanson : lorsqu’on est diagnostiqué « positif » au Covid-19 (après un test PCR, par exemple), l’Assurance Maladie identifie nos « cas-contact » afin que ceux-ci soient isolés puis testés à leur tour. Une recherche facilitée par le téléchargement de l’application Tous AntiCovid – anciennement StopCovid.

L’objectif de cette méthode : limiter la transmission du virus en isolant le plus précocement possible les personnes potentiellement contaminées par le coronavirus Sars-Cov-2.

Adoptée par la France mais aussi par d’autres pays européens (comme l’Allemagne, l’Irlande ou encore le Royaume-Uni), cette stratégie n’est toutefois par la seule : ainsi, de nombreux pays asiatiques (comme le Japon ou en Corée du Sud) ont misé sur le « traçage rétrospectif ».
Le traçage rétrospectif pour remonter à l’origine de la contamination

Traçage rétrospectif : c’est quoi exactement ? L’objectif du traçage rétrospectif n’est pas (seulement) d’identifier les « cas-contact » du patient contaminé : cette stratégie consiste plutôt à remonter jusqu’au « patient zéro », celui qui est responsable de la contamination de la personne concernée. Par extension, le traçage rétrospectif permet de repérer les lieux importants de la contamination – école, bureau…

« C’est un peu comme chercher les ascendants au lieu de rechercher les descendants, a expliqué l’épidémiologiste Catherine Hill à nos confrères d’Europe 1. C’est remarquablement fait en Corée du Sud, mais ils s’y sont pris correctement et ils ont énormément testé. »

Traçage rétrospectif : est-ce faisable en France ? Pas sûr. « À chaque fois qu’on peut remonter au delà de la chaîne de contamination, nous le faisons, a ainsi réagi le ministre de la Santé Olivier Véran. Mais ne croyez pas que ce soit quelque chose où il suffit de claquer des doigts et d’y mettre les moyens. (…) Il y a des réponses que nous n’arrivons pas à avoir, mais que personne dans le monde n’arrive à obtenir, quelle que soit la stratégie. »

La méthode du traçage inversé a été employée en France au mois de février 2020, lorsque 12 cas de Covid-19 avaient été enregistrés dans le département de l’Oise. Le « patient zéro » n’avait toutefois pas été identifié de façon certaine.

À lire aussi :

Covid Shaming : « pour les gens autour de moi, je suis coupable d’être malade »

Coronavirus : la carte des départements où le virus circule le plus

StopAccouchementMasqué : accoucher avec un masque, un traumatisme pour certaines mères

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes