Politique africaine : Ces présidents qui préparent leurs fils à la succession

375

Le président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou-Nguesso, a nommé son fils Denis-Christel au poste de ministre – une décision qui a relancé les spéculations médiatiques selon lesquelles il aurait en tête une succession dynastique.
Non pas qu’une telle transition semble imminente. Élu pour un nouveau mandat en mars, après avoir dirigé le pays pendant la totalité des 41 dernières années, sauf cinq, rien n’indique que le chef de l’État, âgé de 77 ans, ait perdu son appétit pour le pouvoir.
Pourtant, si Denis-Christel finit par prendre la place de son père, cela confirmera l’alignement du Congo-Brazzaville sur un modèle de plus en plus répandu en Afrique centrale.
Au Gabon voisin, le président Ali Bongo Ondimba est le fils d’Omar Bongo, qui a gouverné de 1967 à 2009, tandis qu’en République démocratique du Congo, Joseph Kabila a gouverné pendant 17 ans après avoir succédé à son père assassiné Laurent-Désiré à la tête de l’État en 2001.
Le président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang, au pouvoir depuis qu’il a déposé son oncle tyrannique Francisco Macías Nguema, premier chef d’État du pays, en 1979, a déjà installé son fils, Teodoro Nguema Obiang Mangue, comme vice-président, en pole position pour lui succéder.
Et après la m**t du président tchadien Idriss Déby le mois dernier – apparemment des suites de blessures subies lors d’une bataille contre les rebelles – son fils Mahamat, général quatre étoiles de l’armée, s’est rapidement imposé comme le chef du conseil militaire provisoire au pouvoir.
Et maintenant, il y a même des rumeurs sur une éventuelle succession familiale au Cameroun, où une campagne anonyme du « mouvement des citoyens » a commencé à promouvoir l’image de Franck Biya, fils du président Paul Biya, 88 ans, qui n’est pas encore à mi-chemin de son dernier mandat de sept ans.
Des sources proches de Franck – qui s’est toujours tenu à l’écart de la politique, poursuivant une carrière dans le secteur privé et prenant même soin de ne pas s’impliquer dans des appels d’offres pour des marchés publics – indiquent qu’il n’a rien à voir avec la campagne. Mais il n’a pas non plus demandé aux organisateurs de la campagne d’y mettre fin, ni n’a émis un démenti catégorique quant à son ambition de succéder à son père.
Longévité au pouvoir: Biya et les autresBien sûr, les dynasties politiques sont loin d’être rares – regardez les Bush et les Kennedy aux États-Unis.
En Ouganda, une campagne sur les réseaux sociaux présente le général Muhoozi Kainerugaba, fils de l’actuel chef de l’État Yoweri Museveni, comme un candidat potentiel du parti au pouvoir pour les prochaines élections de 2026.
Mais le phénomène est particulièrement ancré dans les pétro-économies d’Afrique centrale et occidentale, où les revenus pétroliers permettent souvent de financer les réseaux de clientélisme politique et de construction d’empire.
Ils peuvent également alimenter les rivalités et les rancœurs au s**n des dynasties dirigeantes et de leurs réseaux souvent complexes de relations personnelles.
Des rumeurs font état d’intrigues de palais chez les Obiang, certains membres de la famille étant favorables à un autre fils du président, le ministre du pétrole Gabriel Mbega Obiang Lima.
Gabon : Les intrigues de la première familleMais il ne s’agit pas seulement de problèmes personnels. L’élection gabonaise de 2016 a vu Ali Bongo affronter l’ancien ministre des Affaires étrangères et chef de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping.
Ce dernier se trouve être l’ancien compagnon de la sœur du président, Pascaline, faisant d’Ali l’oncle de leurs deux enfants.
Cependant, Ping s’est présenté avec un programme fondamentalement politique, se présentant comme l’homme d’État de l’opposition qui pourrait superviser les réformes et une véritable démocratisation.
Et cinq ans plus tard, il n’a toujours pas reconnu sa défaite dans ce qui est devenu une confrontation amère, alors que de sérieuses questions se posent quant à la crédibilité des résultats finaux du scrutin qui ont donné lieu à une victoire de justesse en faveur du président.
Mais M. Bongo ne regarde pas en arrière. Il semble déjà préparer la prochaine étape, ayant nommé son fils Nourredin Bongo Valentin au poste de « coordinateur général des affaires présidentielles » fin 2019.
L’année précédente, M. Bongo avait été victime d’un accident vasculaire cérébral lors d’une visite en Arabie saoudite et son chef de cabinet, Brice Laccruche Alihanga, a pris une place de plus en plus importante dans la gestion des affaires pendant sa longue maladie et sa convalescence.
Mais le président a fini par reprendre le contrôle, et M. Laccruche a été rétrogradé, licencié puis arrêté pour des allégations de corruption, qu’il nie.
Entre-temps, Nourredin a été installé à ce nouveau poste crucial où il voit son père tous les jours, est chargé de « transmettre ses souhaits » au reste de la machine gouvernementale et a toute latitude pour intervenir en son nom dans tous les domaines.
Dans un contexte d’incertitude quant à la santé d’Ali, certains spéculent que Nourredin est pressenti pour prendre la relève. Il a étudié à l’Eton College, une école d’élite du Royaume-Uni, à la London Business School et à la School of Oriental and African Studies de l’université de Londres, et cultive une image de jeune homme moderne.
Une enquête française sur la corruptionLoin au nord, au milieu des fragilités de la scène politique tchadienne qui a perdu il y a quelques semaines l’autoritaire Idriss Déby qui l’avait dominée pendant trois décennies, d’énormes défis attendent son fils Mahamat.
Avec ses collègues de la junte, il doit essayer de garder les militaires traditionnels du régime et les partisans des clans, mais il est également soumis à une pression nationale et internationale pour ouvrir le dialogue politique et répondre aux demandes de démocratisation véritable.
Des complications d’un autre ordre concernent le régime équato-guinéen qui reste totalement dominant mais qui a été au cœur d’une enquête judiciaire française sur des allégations selon lesquelles des biens familiaux auraient été achetés en France avec des fonds provenant de la corruption.
Les Bongo et les Nguesso ont également été visés : parmi les 13 personnes officiellement mises en examen figurent également un avocat ayant travaillé pour le défunt président Omar Bongo et plusieurs citoyens français.
En 2015, des juges français ont ordonné la saisie de deux propriétés en région parisienne dont le véritable propriétaire était, selon eux, Wilfrid Nguesso, le neveu de M. Sassou-Nguesso ; ils avaient déjà ordonné la saisie d’une quinzaine de voitures de luxe. Wilfrid a été mis en examen.
En 2016, M. Sassou-Nguesso a lancé une action en justice pour tenter de faire annuler les affaires le concernant, tandis que le porte-parole du gouvernement a décrit ces affaires comme une « immense manipulation » visant à discréditer le président.
Mais les juges français ont insisté et, mi-2017, ils ont placé la fille du président, Julienne, et son mari, Guy Johnson, un autre neveu, Edgar, et une ancienne belle-sœur, Catherine Ignanga, sous enquête officielle.
Ils ont identifié 18,4 millions d’euros (22,4 millions de dollars ; 15,9 millions de livres sterling) de transferts présumés suspects qui avaient eu lieu en 2008-2009.
La Guinée équatoriale et ses voitures de sport de luxeMais c’est le vice-président de la Guinée équatoriale, Teodoro, qui a le plus attiré l’attention. Dès 2012, la police a fait une descente dans sa luxueuse résidence du 42 avenue Foch à Paris et a saisi plusieurs voitures, dont deux Bugatti Veyron et une Rolls Royce Phantom.
Teodoro lui-même a finalement été condamné à payer une amende de 30 millions d’euros.
Son gouvernement a saisi la Cour internationale de justice, arguant que l’hôtel particulier de l’avenue Foch, évalué à 107 millions d’euros, constituait son ambassade en France et était donc protégé de toute saisie par l’immunité diplomatique.
Toutefois, en décembre dernier, la Cour a rejeté cet argument. La législation en cours d’examen par le Parlement français prévoit que les recettes tirées de ces actifs séquestrés seront mises de côté et utilisées pour financer des projets de développement dans le pays concerné.
Toutefois, de tels arrangements devront être étroitement structurés. Après que les autorités de Genève, en Suisse, ont entamé une action en justice contre Teodoro et deux autres personnes pour blanchiment d’argent présumé et mauvaise gestion des biens publics, l’affaire a finalement été réglée en septembre 2019 par une vente aux enchères de 25 véhicules de luxe, dont le produit sera réservé à des causes caritatives de développement.
Une Lamborghini Veneno Roadster a atteint 9,1 millions de dollars américains; et une Koenigsegg One en carbone bleu et noir a été vendue pour 5,1 millions de dollars américains. Avec sept Ferrari, deux autres Lamborghini, cinq Bentley, une Maserati, une Aston Martin et une McLaren, les enchères ont rapporté un total de 26 millions de dollars américains.
La moitié environ a été achetée par un concessionnaire allemand, agissant pour le compte d’un client anonyme.
Cinq mois plus tard, le 22 février de l’année dernière, une photo, aujourd’hui supprimée, a été publiée sur le compte Instagram de Teodoro, le montrant en train de conduire dans les rues de Malabo, la capitale de la Guinée équatoriale – la Koenigsegg bleue et noire.
Malgré la récente mode des dynasties présidentielles dans certains pays, il n’est pas certain qu’elles s’avèrent durables dans une Afrique de plus en plus jeune et urbanisée, où les attentes de changement sont de plus en plus fortes.