plateforme,revendicative : Le Sudes/Esr pose ses conditions

Le syndicat unitaire des enseignants du Sénégal (Sudes/Enseignement Supérieur et Recherche) a déposé un préavis de grève qui prend effet le 1er octobre 2019. Sur une plateforme revendicative parvenue à Seneweb, le syndicat exige le recrutement d’au moins 500 enseignants-chercheurs et chercheurs par an pendant 10 ans. 
Le syndicat veut le rééquilibrage de la distribution des postes d’enseignants-chercheurs en faveur des établissements et des universités aux ratios catastrophiques (FLSH et FASEG de l’UCAD, URF de santé de l’UASZ, etc.). Les Camarades du Dr Oumar Dia exige la fin de l’utilisation de l’Université virtuelle du Sénégal dans l’enseignement initial. Ils veulent que l’UVS soit transformée en Institut national de la formation continue. De même, le Sudes réclame la fin de l’orientation des bacheliers dans le privé.
Parmi les griefs, il y a aussi le financement et équipement des laboratoires de recherche des universités, mais également la renégociation de l’accord sur les retraités qui n’a jamais été signé par le SUDES/ESR. 
Ci-dessous : Tous les 5 points de la Plateforme.

Plateforme revendicative du syndicat
I.                    Sur la gouvernance :
1.       Abrogation ou modification substantielle de la loi 2015-26 relative aux universités publiques ;
2.       Elaboration et adoption de la loi d’orientation de l’enseignement supérieur, de la recherche, de la science et de la technologie ;
3.       Respect strict de la hiérarchie et de l’orthodoxie universitaires ;
4.       Exécution immédiate par le Recteur de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de l’arrêt de la cour suprême relatif au recrutement de deux (a02) enseignants-chercheurs à l’Institut des droits de l’Homme et de la Paix (IDHP).
II.                  Sur l’enseignement :
1.       Plan Marshall de recrutement d’au moins cinq cent (500) enseignants-chercheurs et chercheurs par an pendant dix (10) ans ;
2.       Rééquilibrage de la distribution des postes d’enseignants-chercheurs en faveur des établissements et des universités aux ratio catastrophiques (FLSH et FASEG de l’UCAD, URF de santé de l’UASZ, etc.) ;
3.       Recrutement de personnel de support compétent et en nombre suffisant dans toutes les universités et particulièrement à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’UCAD ;
4.       Statut de l’Université virtuelle du Sénégal (UVS) :
a.       Arrêt de l’orientation des bacheliers dans cette institution pédagogique inadéquate pour la formation initiale ;
b.      Transformation de l’UVS en Institut National de la Formation Continue ;
c.       Mise de l’UVS sous la tutelle scientifique de l’UCAD ;
5.       Arrêt de l’orientation des bacheliers dans le privé ;
6.       Financement de la Formation à distance (FAD) de la FASTEF de l’UCAD.
III.                Sur la recherche :
1.       Développement d’une politique de recherche volontariste ;
2.       Financement et équipement des laboratoires de recherche des universités ;
3.       Mise aux normes de la prime de recherche ;
4.       Pour les voyages d’études :
a.       Respect de la loi pour les nouveaux recrutés : deux années de service – possibilité de voyage d’étude dès la deuxième année de service
b.      Ordre de mission avec un per diem statutaire pour les deux mois de voyage d’étude.
IV.                Sur les infrastructures :
1.       Achèvement des chantiers des universités Amadou Makhtar Mbow (UAM) de Diamniadio et El Hadji Ibrahima Niasse du Sine Saloum (USSEIN) ;
2.       Achèvement des chantiers de l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ) à Ziguinchor et de ses centres délocalisés à Sédhiou et à Kolda ;
3.       Achèvement des chantiers des centres délocalisés de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis à Guéoul et à Matam ;
4.       Construction de l’Université du Sénégal oriental ;
5.       Construction d’un Institut supérieur d’enseignement professionnel (ISEP) dans chaque région du Sénégal ;
V.                  Sur la prise en charge sociale et la motivation des P.E.R :
1.       Redéfinition du solde indiciaire et des indices affectés aux enseignants du supérieur ;
2.       Unification des traitements accordés dans les différentes universités ;
3.       Renégociation de l’accord sur les retraités qui n’a jamais été signé par le SUDES/ESR ;
4.       Meilleure organisation de la période transitoire menant à la retraite
5.       Prise en charge médicale effective avec remboursement des médicaments et des lunettes ;
6.       Facilitation de l’accès à la propriété privée des enseignants près de leurs lieux de travail ;