Plaidoyer : De l’oxygène suffisant pour la prise en charge des affections respiratoires dont celles liées à la Covid-19

140

L’oxygène. Son accès reste déterminant dans la prise en charge des cas graves de Covid-19 avec la 3ème vague qui dicte sa loi au Sénégal. De plus, il est important pour d’autres urgences sanitaires notamment les affections cardio-pulmonaires, de la santé maternelle infantile. Sa présence à tous les niveaux de la pyramide sanitaire est aussi demandée. La précision est faite la chargée de programme de technologie appropriée en santé dénommée Path, Docteur Ndèye Astou Badiane. C’était lors de l’atelier tenu à Thiès le 6 et 7 juillet dernier avec le Service national de l’éducation et l’information pour la santé (Sneips) et l’Association des journalistes en santé, population et développement (Ajspd) pour un plaidoyer en direction des décideurs et de ses partenaires pour l’amélioration de la disponibilité de l’oxygène dans les structures de santé du pays.
« Il s’agit d’élaborer des messages du plan de plaidoyer en vue de renforcer le disponibilité de ces disponibilité de fournitures d’oxygène et principalement les ressources financières. Car, des défis demeurent », a-t-elle déclaré. Dr Badiane de soutenir aussi : « Il y a la maintenance aussi bien préventive que curative pour assurer la durabilité des équipements entre autres mais nous ne pouvons pas occulter les efforts importants consentis par l’Etat jusqu’à présent. C’est vrai que la première centrale d’oxygène date de 2010 mais il y a d’autres dispositifs de distribution d’oxygène qui existent. Donc, nous sommes là pour aider le ministère de la Santé à améliorer la santé des populations et l’équité en santé ».
Les obstacles à l’accès à l’oxygénothérapie : Problèmes d’approvisionnement, de ressources humaines, de contraintes budgétaires et….
Elle a affirmé que les obstacles à l’accès à l’oxygénothérapie comprennent à la fois des problèmes d’approvisionnement, de ressources humaines, de contraintes budgétaires et d’incapacité à déployer rapidement des ressources au Sénégal sans pour autant surcharger les systèmes de santé existants. Ainsi, la chargée du projet souligne que des mesures immédiates sont nécessaires pour coordonner une intervention globale garantissant un accès équitable à l’oxygène.
Selon le président de l’Ajspd, Alassane Cissé, il est nécessaire pour les journalistes de continuer le travail d’information envers la population, pour le respect des mesures barrières mais également le plaidoyer en direction des décideurs et des bailleurs pour la disponibilité des intrants de prise en charge, notamment de l’oxygène. Le journaliste a salué les « excellents résultats et une bonne production des messages » qui sont sortis lors de ces rencontres.
La représentante du Directeur du Sneips, Gnima Gnima Bocar Daff dira : « Ceci est un problème majeur, c’est une priorité pour le ministère de la santé qui l’a inscrit au niveau des médicaments essentiels. On l’a vu avec la Covid, l’oxygène a été un peu débattu dans les télés, dans les radios pour montrer l’importance de la disponibilité de l’oxygène dans les structures de santé. Nous espérons qu’il y aura plus de plaidoyer envers les communautés pour l’accessibilité et la disponibilité au niveau des structures sanitaires ».