Plagiocéphalie : les recommandations de la HAS

La Haute autorité de santé (HAS) vient de publier une fiche de conseils aux parents pour éviter l’effet tête plate appelé plagiocéphalie. Objectif : leur faire comprendre ce qui provoque ce phénomène et leur donner les moyens d’agir.

La Haute Autorité de Santé avait annoncé qu’elle allait élaborer des documents d’information sur la plagiocéphalie, après avoir été saisie, en avril 2017, par l’association Le Lien, qui s’alarmait de la recrudescence des cas de syndrome de la « tête plate ». La HAS vient présenter les résultats de ces travaux sous forme d’une fiche mémo destinée aux parents afin de prévenir cette déformation du crâne du nourrisson, caractérisée par un aplatissement asymétrique, sur l’arrière ou un côté de la tête, et liée au couchage du nourrisson sur le dos.
Sur le même sujet
Les bébés du confinement, épisode 5 – Gaëlle
Les bébés du confinement, épisode 5 – Gaëlle
Inciter le bébé à regarder sur les côtés

Pour prévenir la tête plate, il faut laisser le nourrisson « libre de bouger la tête et le corps, de jour comme de nuit » souligne la HAS dans son document.

Variez ses positions lors des activités de jeu au sol : disposez ses jouets autour de lui afin de l’inciter à regarder sur les côtés.
Lors du change, habituez-le progressivement à être sur le ventre : il se musclera le cou et le dos.
À chaque biberon ou tétée, pensez à changer de bras : votre bébé tournera la tête pour capter votre regard.

Les conseils quand votre bébé dort : continuez à le coucher sur le dos, sur un matelas ferme, dans une turbulette. Mais :

N'utilisez pas de réducteurs de lits, cale-têtes et cale-bébés : il pourra ainsi bouger librement.
Laissez-le regarder dans toutes les directions, sans tour de lit.

« Des complications mécaniques voire cognitives »

Ce travail de la Haute autorité de santé a notamment été motivé par « une augmentation de la fréquence d’asymétrie crânienne (…) depuis la mise en œuvre des recommandations de couchage sur le dos pour prévenir la mort subite du nourrisson » et par « l’absence de travaux français sur ce sujet », expliquait en 2017 la HAS, avant d’évoquer les risques liés à ce syndrome : « La plagiocéphalie peut conduire à des complications mécaniques, sur le plan maxillo-facial ou cervico-brachial, voire cognitives ».

De son côté, l’Association française de chiropraxie (AFC) suggère d’alterner les positions du sommeil de bébé : « placez sa tête vers le faut du lit les jours pairs et vers le bas du lit les jours impairs. Comme la tête du bébé est attiré par la lumière, la pression ne s’exercera pas toujours du même côté de la tête ».

A lire aussi :

Bébé a la tête plate, que faire ?
Torticolis du nourrisson : un symptôme à ne pas sous-estimer

Inscrivez-vous à la Newsletter de Top Santé pour recevoir gratuitement les dernières actualités