Pirogue renversée : La sourde colère du journaliste Babacar Fall

Le patrouilleur «Sangomar» de la Marine nationale sénégalaise et la vedette de la Guardia Civile espagnole ont intercepté une pirogue de migrants clandestins, dans la nuit du 25 au 26 octobre, vers 3 h du matin, à 5 km au large de Dakar. Telle est la déclaration de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (Dirpa). Mais, il est à signaler que c’est après plusieurs tentatives infructueuses d’arrêter la pirogue transportant les candidats, que la vedette a été obligée de la percuter à l’éperon.
39 individus ont été secourus. Là où, des disparus ont été notés. Alors que l’embarcation avait à son bord entre 60 à 70 personnes.
« Y avait-il une volonté de tuer les candidats à l’émigration clandestine ? »
« Cette bavure est un scandale. Y avait-il une volonté de tuer les candidats à l’émigration clandestine ? les forces maritimes sénégalaises et espagnoles qui sont intervenues dans cette opération sont à priori assez outillées pour arraisonner une pirogue. Pourquoi tant de dynamique exagérée pour aborder cette embarcation qui n’était qu’à 5 petits kilomètres des côtes dakaroises ? », s’est interrogé le journaliste Babacar Fall de la Rfm, ce mardi 27 octobre.
Il poursuit : « Pourquoi une aussi énorme violence contre une pirogue remplie de vies humaines qu’on pouvait techniquement maîtriser sans la percuter mortellement. L’Etat sénégalais et la République d’Espagne ne sont-ils pas responsables de la mort probable de la vingtaine ou trentaine de Sénégalais qui, selon toute vraisemblance, ont péri dans cette bavure ? ».
Selon lui, « lutter contre l’émigration irrégulière ne veut pas dire tuer des candidats au voyage clandestin ». « Ce manque d’humanisme est inacceptable ! », peste-t-il.
Dans cette perspective, Bacabacar Fall fait remarquer : « Regardez ces rescapés qu’on a emmenés directement en garde-à-vue au lieu d’une prise en charge psychologue. Ces garçons viennent pourtant de frôler la mort et on n’a pas trouvé mieux de les envoyer au violon. Avec un traitement aussi violent et inhumain, n’ont-ils pas finalement raison, ces jeunes sénégalais de désespérer des autorités de ce pays ? ».
« Mais que voulez-vous quand déjà un président africain est ‘’Charlie’’ et ne veut pas être ‘’Muhammad’’ »
Par ailleurs, il avance que la dernière question qui mérite d’être posée, est la présence des navires espagnoles dans les eaux sénégalaises. 
« Oui, ils sont là dans le cadre du l’agence européenne de garde-frontière et de garde côtes (Frontex), qui échappe désormais au contrôle du parlement européen pour signer directement des conventions avec des pays africains et donc les gardes-cotes européennes peuvent venir commettre des bavures et crimes sur des clandestins africains sans être inquiétés : la nouvelle colonisation ! », s’est-il indigné.
Pour finir, le commentateur a laissé entendre : « Mais que voulez-vous quand déjà un président africain est ‘’Charlie’’ et ne veut pas être ‘’Muhammad’’ pourtant injurieusement caricaturé et qu’on se terre dans son palais sans oser lever le plus petit doigt ».