PIKINE TALLY BOUMACK : Un père de famille transforme sa fille aînée de 11 ans en objet s****l «waxal sama papa mu bayi limumay def, neexuma»

Les agissements lubriques répétés du nommé A. Ba, maçon, sur sa propre fille aînée du nom de B. B, 11 ans, ont atterri au commissariat d’arrondissement de police de Pikine. Le papa, présumé violeur incestueux, a été confondu dans ses véhémentes dénégations puis envoyé au gnouf.

Le papa présumé violeur de sa propre fille aînée du nom de B. B, âgée de 11 ans, est tombé dans les filets de la police, suite à la dénonciation des proches parents, notamment la mère de la victime. Cette dernière vit au domicile de son papa A. Ba, qui a divorcé d’avec avec la mère de la fille avant de se remarier avec une autre femme.

Le papa «saï-saï», divorcé d’avec la mère de la fille et remarié à une autre, viole son enfant et lui dit de se taire

Les deux nouveaux conjoints habitent à Pikine Tally Boumack. Tandis que la maman de la petite est domiciliée à Yeumbeul Bène Baraque, suite à son divorce d’avec le papa de son enfant, qui se retrouve sous la tutelle de sa grand-mère paternelle. Mais, malgré le fait que le papa se soit remarié, il couchait avec sa propre fille aînée. Ainsi, il guettait la quiétude dans la maison familiale et se retirait en douce avec l’enfant dans un endroit discret ou parfois dans une chambre avant de lui faire des monstruosités. Il lui demandait aussi de garder le silence et menaçait de lui faire vivre l’enfer en cas de dénonciation. Quand il se retrouvait seul avec elle, il lui soulevait les habits, lui faisait des attouchements sexuels et introduisait son doigt dans ses parties intimes.

La fille alerte sa tante et homonyme : «waxal sama papa mu bayi limumay def, neexuma»

Un jour, la nouvelle épouse du nommé Ba surprend ce dernier sur sa propre fille dans la chambre et hurle de stupeur. Mais, on ne sait pour quelle raison, elle feint de ne pas les voir, se retire sur la pointe des pieds et s’en va vaquer tranquillement à ses occupations. Mais, à force de subir les assauts lubriques de son papa, la demoiselle craque et décide de vendre la mèche à sa tante-homonyme, sœur de son père. Entre deux sanglots, elle dénonce avec rage le comportement de son papa et demande à sa tante d’intervenir pour que celui-ci cesse de lui faire des attouchements sexuels. «Dis à mon papa de cesser ses pratiques sur moi. Cela ne me plait pas (waxal sama papa mu bayi limumay def, neexuma)», a soutenu la jeune fille. Qui faisait allusion aux attouchements et viols répétés par son père par les doigts de la main.

La tante dénonce le père présumé violeur à son ancienne belle-fille

Piquée au vif, la tante alerte sa belle-mère, qui bondit de son séant et roule de grands yeux terrifiés. Elle peine à avaler la grosse pilule amère, s’écroule brusquement au sol et perd connaissance. Dès qu’elle a repris ses esprits, elle informe par téléphone la mère de sa petite-fille, qui file droit auprès du nouveau commissaire de police de Pikine, Harouna Ba, et lui rapporte les faits. Elle dépose une lettre-plainte contre son ex-mari et papa de son enfant.

Le papa crie à la cabale montée par son ex-épouse et sa propre sœur

Conduit au commissariat de police par les éléments de la brigade de recherche, le papa présumé violeur incestueux a rejeté en bloc les allégations de sa fille aînée et affirme être incapable de commettre une pareille ignominie sur celle-ci. Il crie à la cabale montée de toutes pièces contre sa personne et accuse son ex-épouse et mère de sa fille et sa propre sœur et homonyme de cette dernière. Mais, au vu des résultats gynécologiques attestant d’attouchements sexuels, il a été présenté devant le parquetier de Pikine/Guédiawaye pour inceste présumé.