Pikine : La galère des travailleurs du centre de sauvegarde

Le personnel du Centre de sauvegarde de Pikine est dans le désarroi total. Selon L’As, les vacataires, prestataires et permanents courent derrière quatre mois d’arriérés de salaires, malgré les recommandations du président de la République. En effet, si le ministre de la Justice a réussi à les aligner dans une grille améliorée, ces derniers restent, cependant, confrontés à des problèmes de régularisation et de pérennisation de leurs salaires.
Les travailleurs des services extérieurs de la Direction de l’éducation surveillée et de la protection sociale (DESPS) sont également dans la même situation. Les travailleurs indexent la directrice Oulimata Ndoye qui « dit avoir épuisé les ressources extrabudgétaires émanant de la participation des pensionnaires mineurs (…) ». A les en croire, son prédécesseur payait les salaires sans interruption sur la base des ressources internes beaucoup moins importantes que celles de la présente année.